Politique

Scandales fonciers au Sénégal : Macky Sall durcit le ton

Le chef de l’État a récemment été alerté sur de possibles dérives liées à l’attribution des terres. Une « brigade du foncier », sous contrôle de la gendarmerie, pourrait être mise en place. Explications.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 2 décembre 2021 à 14:34

Macky Sall, en février 2020. © Moustafa Cheaiteli/REUTERS

Manifestations, menaces de plainte, demandes d’audits… Des bras de fer opposent régulièrement la population des communes et les maires eux-mêmes – dont certains sont des membres de la majorité, voire du parti présidentiel. Plusieurs d’entre eux, impliqués dans ces scandales, ont d’ailleurs été écartés par Macky Sall pour les investitures des élections locales du 23 janvier prochain. Un décret pris par le président le 16 septembre 2020 et fixant de nouvelles règles d’attribution des terrains doit pourtant renforcer le contrôle de l’exécutif.

Polémiques à répétition

Selon ce texte, « les terres de culture et de défrichement sont affectées par délibération du Conseil municipal ». Sauf que cet accord n’est effectif qu’une fois approuvé, en fonction de la superficie de la parcelle, par les sous-préfets, les préfets ou encore, par les gouverneurs de région (plus de cinquante hectares). Ces derniers sollicitent alors le secrétaire général du gouvernement, qui s’en remet lui-même au président. La mesure doit permettre de lutter contre les polémiques à répétition liées à des attributions frauduleuses des conseillers municipaux : ventes de terrains déjà occupés, actes administratifs illicites, attributions illégales de certains biens, déclassement de terrains pourtant protégés…

À Lire Locales au Sénégal : Macky Sall face aux candidatures dissidentes

Le décret assure donc à Macky Sall un certain contrôle sur les attributions de parcelles importantes. À supposer que les gouverneurs de région transmettent bien les demandes d’approbation… Selon nos informations, moins de cinq demandes ont été transmises au secrétariat général du gouvernement depuis l’approbation du décret.

Un chiffre jugé étonnant par le ministre secrétaire général du gouvernement, Abdou Latif Coulibaly, qui en a informé le chef de l’État. Dans une note qu’il a transmise à Macky Sall et que Jeune Afrique a pu consulter, il propose la mise en place d’une brigade territoriale chargée de contrôler l’attribution de certains domaines.

Cette brigade de gendarmerie aurait compétence sur l’ensemble des 557 communes du Sénégal. Elle serait placée sous la houlette du ministre des Forces armées, 700 !important">Sidiki Kaba.