Ces « Game changers » représentent la jeunesse, l’inventivité pionnière et le courage politique. © Stéphanie Scholz/Colagène

Cet article est issu du dossier

Game changers : sécurité, justice, climat… Ces Africains qui transforment le continent

Voir tout le sommaire
Politique

Innocent Kabandana et Pascal Muhizi, ces officiers rwandais qui font échec aux jihadistes

« Game changers » (5/7). Au Mozambique, le général major et le brigadier général ont incarné l’efficacité de l’armée rwandaise, qui met un point d’honneur à participer aux opérations de maintien de la paix sur le continent.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 23 décembre 2021 à 10:31

Innocent Kabandana et Pascal Muhizi © Stéphanie Scholz/Colagène

« Armées africaines : pourquoi sont-elles si nulles ? » Il y a quelques années, constatant la multiplication des conflits et l’incapacité des forces armées à y remédier, JA avait osé cette question, volontairement provocatrice, suscitant une petite tempête sous les bérets du continent. Mais poser la question n’interdit pas de nuancer la réponse, ni même de reconnaître les victoires encourageantes lorsqu’elles se présentent.

Pascal Muhizi © Stéphanie Scholz/Colagène

Pascal Muhizi © Stéphanie Scholz/Colagène

En ce mois de septembre, la bonne nouvelle est venue du nord du Mozambique, sur lequel les groupes jihadistes tentent, depuis bientôt trois ans, d’étendre leur emprise. Grâce à l’appui de l’armée rwandaise, Maputo est en effet parvenu à reconquérir plusieurs villes précédemment occupées par Ansar al-Sunna, affilié à Daech. Et ces victoires, c’est au brigadier général Pascal Muhizi et à son supérieur, le général major Innocent Kabandana, chargés de l’intervention rwandaise au Mozambique et de la coordination avec l’armée mozambicaine, qu’on les doit.

À Lire Mozambique : face aux jihadistes, les troupes de la SADC peuvent-elles pallier l’échec de l’armée ?