Économie

Ciment : le français Vicat, leader au Sénégal, lève 250 millions d’euros

En concurrence avec le groupe nigérian Dangote, le cimentier français Vicat, en position dominante au Sénégal et présent dans plusieurs autres pays d’Afrique de l’Ouest, se refinance pour assurer son développement.

Réservé aux abonnés
Par - à Dakar
Mis à jour le 30 novembre 2021 à 16:44

Chantier de construction a Diamniadio, au Sénégal. Vicat est leader au pays de la Teranga. © Sylvain Cherkaoui/Cosmos pour JA

Présent dans douze pays dans le monde – et notamment au Sénégal via sa filiale Sococim Industries – le cimentier Vicat a signé, le 15 novembre, un accord de financement de 250 millions d’euros, prenant la forme d’un placement privé auprès d’investisseurs américains (USPP).

Employant plus de 9 000 salariés et affichant un chiffre d’affaires de 2,8 milliards d’euros pour 2020, le groupe français, spécialiste du ciment, béton et des granulats, entend ainsi « renforcer la liquidité de son bilan, allonger la maturité globale de sa dette et réduire son taux d’endettement moyen ».

Malgré un contexte difficile en raison des perturbations provoquées par la pandémie de Covid-19 et d’une concurrence accrue dans le secteur, la filiale sénégalaise du groupe, Sococim Industries, basée à Rufisque (Dakar) depuis 1999, affiche de solides résultats.

Bataille avec Dangote

Disposant d’une capacité de production de 3,4 mégatonnes de ciment par an, Sococim Industries a permis à Vicat, également présent au Mali, en Gambie, Guinée-Conakry, au Burkina Faso et en Mauritanie, de réaliser 262 millions d’euros de chiffres d’affaires sur le continent (en hausse de 20 % sur un an) pour un Ebitda de 56 millions d’euros (+19 % sur un an).

Au Sénégal, où le groupe revendique la place de leader face à Ciment du Sahel (CDS) de l’homme d’affaires sénégalais Latfallah Layousse et, depuis janvier 2015, face à Dangote Cement Senegal (DCS) du magnat nigérian Aliko Dangote, les résultats ont été portés par l’activité ciment quand celle des granulats « a souffert de l’arrêt de nombreux chantiers d’État », souligne Vicat dans son rapport financier 2020.

La taille du marché sénégalais a plus que doublé en quinze ans

Le groupe français a ainsi vendu en 2020 plus de 2,75 millions de tonnes de ciment (+ 10,4 % par rapport à 2019) dans le pays contre 1,59 million de tonnes (+ 7,5 % sur la même période) pour la filiale du groupe nigérian Dangote, qui y a réalisé un chiffre d’affaires de 46,9 milliards de nairas (environ 100 millions d’euros, + 22,5 % sur un an), selon son rapport annuel 2020.

« La taille du marché sénégalais a plus que doublé en quinze ans pour atteindre une consommation annuelle de près de cinq millions de tonnes en 2020 », pointe Vicat, qui dispose d’unité de production au Mali depuis 2004 (d’une capacité de 800 000 tonnes par an grâce à l’installation récente d’un centre de broyage) et en Mauritanie depuis 2008 (avec un centre de broyage et une centrale de béton pour une capacité de 500 000 tonnes annuelles). Cette implantation lui permet d’alimenter les pays proches comme la Gambie, la Guinée-Conakry et le Burkina Faso.

Essor au Mali et en Mauritanie

Au Mali, la consommation de ciment a augmenté de 4 % en 2020 pour s’établir à environ 2,9 millions de tonnes. « Le démarrage fin 2019 du nouveau broyeur du groupe a permis à Ciments et Matériaux du Mali (la filiale du groupe, basée à Bamako, NDLR) de vendre 357 000 tonnes, auxquelles viennent s’ajouter 189 000 de tonnes de ventes directes réalisées par Sococim Industries, ce qui représente un doublement des ventes du groupe au Mali en 2020 par rapport à 2019 », souligne le cimentier français dans son rapport financier.

En Mauritanie, la consommation annuelle de ciment a augmenté de 1,5 % en 2020, soit un million de tonnes, selon les estimations du groupe. Une hausse qui s’expliquerait par le fait que le secteur informel ne se soit pas tari durant les périodes de restrictions sanitaires.

Sur place, la filiale du groupe s’appelle Mauricim. « Les ventes de ciment de la filiale ont augmenté de 16,9 % en 2020, essentiellement grâce à la construction privée. Les prix de vente progressent également. Le groupe complète son dispositif en Mauritanie avec une activité de béton prêt à l’emploi », indique encore le groupe.