Politique
« Jeune Afrique »

Cet article est issu du dossier

[Série] Sauve qui peut !

Voir tout le sommaire
Politique

Cameroun : Basile Atangana Kouna, ses montres de luxe et ses grosses cylindrées

Réservé aux abonnés
Par - à Yaoundé
Mis à jour le 30 novembre 2021 à 11:14

Basile Atangana Kouna, ex-ministre camerounais de l’Eau et de l’Énergie, ici photographié à Paris, le 23 décembre 2011. © Photo :Vincent Fournier/JA

« Sauve qui peut ! » 1/6. Le 11 mars 2018, l’ancien ministre de l’Eau et de l’Énergie de Paul Biya est arrêté au Nigeria, peu de temps après avoir passé la frontière. Soupçonné de détournement de fonds, il est renvoyé manu militari à Yaoundé. « Jeune Afrique » vous propose, en exclusivité, le récit de cette folle échappée.

C’est dans son véhicule, une Mercedes de couleur sombre aux vitres teintées, que Basile Atangana Kouna et son épouse quittent leur domicile, le 9 mars 2018. C’est un vendredi. Leur chauffeur, Adam Bladi, est au volant. Il ne sait rien de ce déplacement improvisé, si ce n’est que son patron, limogé du gouvernement une semaine plus tôt, est attendu à Petrolex Ngousso, carrefour animé de la capitale. Le « maître d’hôtel » du couple, Jean-Baptiste Fouda Belinga, a lui aussi pris place à bord. Il est près de 14h lorsque la petite troupe arrive au point de rendez-vous.

Passeport confisqué

Un second véhicule les y attend. Un tout-terrain V8 cette fois, aux plaques d’immatriculation jaunes, caractéristiques de l’armée camerounaise. Le chauffeur reconnaît Edouard Sakpam, un adjudant de gendarmerie, ainsi que l’abbé Loïc Nkodo, vicaire de la paroisse de Mokolo. Un homme s’installe au volant, qui se fait appeler Ibrahim. Une valise et deux mallettes sont discrètement déposées dans le coffre. Le maître d’hôtel et l’épouse rebroussent chemin, tandis que les cinq hommes prennent place à bord. Les rues de Yaoundé défilent, puis les quartiers périphériques, et bientôt la route du Nord. Adam Bladi ne sait pas encore que le périple doit tous les conduire à l’extérieur du pays.