Politique

Algérie-France : fin de non-recevoir à la main tendue de Paris

Réservé aux abonnés
Par - à Alger
Mis à jour le 25 novembre 2021 à 14:13

Les présidents français et algérien Emmanuel Macron et Abdelmadjid Tebboune. © Montage JA : Romain Gaillard/REA ; Farouk Batiche/PPAGENCY/SIPA

Depuis deux mois, les motifs de dispute entre Alger et Paris se multiplient. La France a bien tenté ces dernières semaines d’apaiser les tensions, mais les autorités algériennes attendent davantage du président français.

La relation entre Alger et Paris a connu de multiples orages, auxquels ont succédé de modestes éclaircies. Mais cette fois, les responsables algériens n’en démordent pas : aucun signe de fléchissement de leur position, hors de la participation du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamara, à la conférence de Paris sur la Libye, le 12 novembre.

« Cela signifie que les deux pays peuvent continuer d’avancer sur certains dossiers comme celui la Libye, mais la crise entre Alger et Paris ne se réglera pas avant  le scrutin présidentiel français d’avril 2022 », estime une source diplomatique à Alger, qui fait remarquer que Ramtane Lamamra a médiatisé sur son compte Twitter ses rencontres avec la ministre libyenne des Affaires étrangères Najla al-Mangoush et son homologue saoudien le prince Fayçal Ben Farhan Al Saoud, en marge de la Conférence de Paris, mais pas « un mot sur un éventuel échange avec les autorités françaises ».