Politique

RDC : proches de Kabila, anciens ministres… Vers une enquête sur l’affaire des cartes bancaires liées au Trésor

Selon un document consulté par « Jeune Afrique », une demande de poursuites à l’encontre de dignitaires qui ont bénéficié de ces moyens de paiement a été formulée par la ministre de la Justice.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 24 novembre 2021 à 14:43

Rose Mutombo Kiese, ministre congolaise de la Justice. © Présidence RDC

L’affaire a été révélée en juin, suite à la fuite de plusieurs correspondances de l’Inspection générale des finances (IGF), alertant sur l’utilisation de cartes bancaires liées directement au compte général du Trésor public. En cause, plusieurs anciens ministres, mais aussi des proches de Joseph Kabila, ainsi que des cadres du régime et de l’armée.

Ce dossier pourrait désormais rebondir au tribunal. Rose Mutombo Kiese, la ministre de la Justice, a en effet adressé au procureur général près la Cour de cassation à Kinshasa une injonction de poursuites à l’encontre des bénéficiaires des cartes.

Infraction pénale

Dans ce courrier, la garde des Sceaux rappelle que « certains compatriotes, tout grade et fonction confondus, ont eu à bénéficier des cartes de crédit et prépayées liées au compte RME de la Banque centrale du Congo (BCC), indépendamment des frais de mission payés par le Trésor public à l’occasion des missions officielles ».

Pourtant, souligne Rose Mutombo Kiese, « dans le cadre de la gestion des finances du pouvoir central, les dépenses publiques doivent impérativement suivre un processus précis ». Or, selon la ministre, celui-ci n’a pas été respecté par les bénéficiaires de ces cartes, et cela constitue une infraction pénale passible de six mois à cinq ans de prison. En conclusion, elle demande donc au magistrat de poursuivre les « justiciables relevant de sa compétence » et de « veiller à ce que les autres catégories » de responsables présumés soient « transférées au procureur général près la Cour d’appel. »

La liste de l’IGF

La liste des personnes concernées par cette demande de poursuites ne figure pas dans ce courrier. Mais, dans différentes lettres adressées au ministre des Finances Nicolas Kazadi le 24 mai, Jules Alingete Key, le patron de l’IGF, avait assuré que « des paiements, de l’ordre de 174 millions de francs congolais, avaient été effectués à partir de ces cartes de crédit et imputés au compte “Suspens débiteur État de la BCC” ». Une semaine plus tard, Nicolas Kazadi avait instruit le gouverneur de la BCC de l’époque, Deogratias Mutombo Mwana Nyembo, de prendre les dispositions nécessaires pour faire annuler ces cartes de crédit.

À l’époque, parmi les bénéficiaires figuraient sur cette liste plusieurs ministres du gouvernement de Sylvestre Ilunga Ilunkamba, dont José Sele Yalaghuli (Finances) et Marie Tumba Nzeza (Affaires étrangères). Certains proches collaborateurs de l’ancien président Joseph Kabila étaient également cités : son conseiller diplomatique Kikaya Bin Karubi ; le général François Olenga, ex-chef de la maison militaire du raïs (qui aurait été titulaire de l’un de ces moyens de paiement entre 2011 et 2019) ; l’ancien président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku ou encore, l’ex-ambassadeur itinérant Séraphin Ngwej. Certaines des cartes de crédit avaient néanmoins déjà été désactivées.