Politique

Algérie : FBI, détournement de fonds, parjure… micmac autour du prix décerné à la Grande mosquée d’Alger

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 23 novembre 2021 à 17:34

La Grande Mosquée d’Alger, troisième plus grande mosquée du monde, le 06 novembre 2020. © © BILLAL BENSALEM/AFP

La représentation diplomatique américaine a félicité les Algériens pour le prix d’architecture remporté par la Grande mosquée d’Alger. Problème : l’homme derrière le prix est une personnalité hautement polémique.

L’ambassade des États-Unis à Alger a-t-elle fait la promotion d’un architecte condamné par une cour fédérale de Chicago à la prison pour des faits de parjure, fraude et détournement de fonds ? Le 21 novembre, la représentation américaine à Alger annonce sur sa page Facebook que la Grande mosquée d’Alger, inaugurée en novembre 2020, a été sélectionnée comme l’une des meilleures réalisations architecturales au monde en 2021.

L’ambassade, qui félicite les Algériens pour cette récompense, indique que ce prix a été décerné par le Chicago Athenaeum Museum of Architecture and Design conjointement avec The European Centre for Architecture Art Design and Urban Studies.

Le Chicago Athenaeum Museum est un petit musée privé fondé en 1988 par Christian Narkiewicz-Laine

Aussitôt publiée, l’information est relayée par les sites et les médias algériens ainsi que sur les réseaux sociaux. Le buzz de cette reconnaissance à l’international a bien fonctionné. D’autant que c’est l’ambassade des États-Unis qui en a fait l’annonce et la promotion. De quoi s’agit-il exactement ? Qu’est ce que ce Chicago Athenaeum Museum ? Qui est derrière ce musée et que vaut vraiment ce prix ?