Économie

Cedeao : pourquoi un avion d’Air Côte d’Ivoire a été saisi à Bamako 

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 23 novembre 2021 à 10:24

Un avion d’Air Côte d’Ivoire, sur le tarmac de l’aéroport Felix Houphouët-Boigny d’Abidjan, en juillet 2017. © ISSOUF SANOGO/AFP

Suite à une décision de la Cour de justice de la Cedeao, un appareil exploité par la compagnie aérienne ivoirienne a été saisi avant qu’un compromis ne permette son redécollage. Voici les détails de cette affaire judiciaire hors normes.

Article actualisé le 23 novembre

Selon nos informations, l’homme d’affaires congolo-malien Oumar Diawara a obtenu, le 22 novembre, la saisie au Mali d’un Airbus A319 immatriculé TU-TSZ exploité par la compagnie nationale Air Côte d’Ivoire. L’appareil a pu redécoller 90 minutes plus tard, après qu’un compromis a été trouvé entre les parties. Les tractations ont impliqué les autorités maliennes, actuellement sous forte pression de la part des chefs d’État de la Cedeao, de nouvelles sanctions les concernant pouvant être prononcées  lors du prochain sommet, prévu le 12 décembre à Abuja.

La saisie faisait suite à la décision, le 22 octobre, de la Cour de justice de la Cedeao de réattribuer à Oumar Diawara environ 50 hectares de terrains confisqués en 2020 sur décision du tribunal de première instance d’Abidjan, ainsi que de lui verser 1,3 milliard de francs CFA au titre de dommages et intérêts.

Situées sur les communes d’Angré, Assinie, Bingerville et Abatta, ces terres sont estimées à 15 milliards de F CFA. L’une des parcelles concernées doit accueillir un tronçon de la future autoroute Y4, qui contournera la capitale économique. Toujours dans l’attente de l’exécution du jugement, l’investisseur, également actif dans les secteurs du pétrole et du gaz en Afrique centrale, ainsi que du transport de produits raffinés et alimentaires dans l’hinterland ouest-africain, a décidé de saisir les avoirs de l’État ivoirien.

Marathon judiciaire