Économie

Bolloré, MSC et le grand chambardement de la logistique maritime en Afrique

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 29 décembre 2021 à 12:43

Arrivée de Vincent Bolloré (France) à la tribune officielle pour assister au défilé civil et militaire organisé à Dosso (Niger) pour la fête nationale au côté du président Issoufou. © Vincent Fournier/JA

Le deal en négociation pour le rachat de Bolloré Africa Logistics intervient alors que les cartes de la logistique – des mers aux infrastructures portuaires – ont été rebattues par la crise du Covid-19. Cette recomposition est accélérée par les plus-values significatives engrangées par les géants du secteur. À l’Afrique d’en tirer parti.

Depuis maintenant deux ans, le transport maritime mondial navigue à vue sur des eaux troublées par l’irruption du Covid-19. Avec la pandémie, les opérateurs ont dû vite revoir leur carte et surveiller de très près la boussole pour être sûrs de maintenir le cap, d’abord pour éviter le naufrage, aujourd’hui la surchauffe en salle des machines. Loin d’être retombée, la tempête sanitaire continue de bouleverser la bonne marche du commerce mondial et tire toujours plus sur les chaînes d’approvisionnement.

Ces dernières sont déjà très tendues par la désynchronisation des économies, ouvertes ou fermées en fonction des rebonds capricieux du virus, et par la désorganisation d’un secteur maritime plongé dans une mer d’incertitude d’où peuvent émerger d’entre les récifs les récits les plus surprenants.

C’est dans ce contexte que le 15 octobre, à 9h52 exactement, une rumeur en fait frémir plus d’un