Économie

Le FMI distingue le modèle de croissance des pays pauvres en ressources naturelles

Le FMI a publié son dernier rapport sur l'Afrique subsaharienne à l'automne 2013, intitulé "Perspectives économiques régionales pour l'Afrique subsaharienne : maintenir le rythme".

Le FMI a publié son dernier rapport sur l'Afrique subsaharienne à l'automne 2013, intitulé "Perspectives économiques régionales pour l'Afrique subsaharienne : maintenir le rythme". © AFP

Pauvres en ressources naturelles, le Burkina Faso, l'Éthiopie, le Mozambique, l'Ouganda, le Rwanda et la Tanzanie ont pourtant connu une forte croissance ces 15 dernières années. Le FMI revient sur les facteurs de leur succès. Peut-on parler d'un modèle de développement commun à ces pays ?

À l’occasion de la présentation du rapport du Fonds monétaire international (FMI) intitulé « Perspectives économiques régionales pour l’Afrique subsaharienne : maintenir le rythme », dans les locaux de l’Agence française de développement (AFD) à Paris le lundi 3 février, Roger Nord, directeur adjoint du département Afrique du FMI, est revenu sur les facteurs de croissance dans les pays d’Afrique subsaharienne pauvres en ressources naturelles. Cette étude porte sur un échantillon de six pays : le Burkina Faso, l’Éthiopie, le Mozambique, l’Ouganda, le Rwanda et la Tanzanie. Avec une croissance moyenne de 8,3% entre 1995 et 2010 ces derniers ont fait mieux que les pays exportateurs de pétrole et ont surclassé le sous-continent de 2,5 points.

Lire aussi :

Le Rwanda s’essouffle-t-il ?

Afrique : ce que 2014 nous réserve

L’avenir nous sourit

Croissance : les pays d’Afrique subsaharienne seconds derrière les dragons

Facteurs

Les services (notamment banque et assurance), le secteur agricole, et la construction ont été les principaux facteurs de cet essor. De quoi remettre en question l’idée reçue selon laquelle la croissance africaine repose sur l’exploitation des ressources naturelles et la hausse des cours des matières premières.

Cependant, la contribution de l’industrie et de la production manufacturière ont été marginales, ce qui explique le peu de transformation structurelle des économies. Le mouvement du travail vers des secteurs à moyenne et haute productivité n’a pas eu lieu.

Fondamentaux

Les pays de l’échantillon se sont surtout illustrés par leur volonté d’établir des bases macroéconomiques saines : l’inflation a été contenue à un taux moyen de 8,5% sur la période 1995-2010 et le déficit budgétaire moyen est passé de 4,4% du PIB sur la période 1980-1994 à 2,9% sur la période 1995-2010. Parallèlement, les États ont poursuivi leurs efforts de mobilisation des recettes fiscales, lesquelles représentent aujourd’hui en moyenne 15% du PIB. Un assainissement structurel qui a permis à ces pays de mieux amortir les effets de la crise mondiale.

Cette stabilisation du cadre macroéconomique a dopé le taux d’épargne locale ainsi que le crédit au secteur privé. Fondamental dans le financement des PME, le crédit au secteur privé représente 20% du PIB des pays étudiés. La Tanzanie compte par exemple aujourd’hui plus de 50 banques commerciales et est ainsi passée d’un taux de crédit au secteur privé de 4% du PIB en 2000 à plus de 20% aujourd’hui.

Un progrès qui repose sur l’amélioration de la gouvernance

En outre, les investissements directs étrangers (IDE) et publics principalement, majoritairement dirigés vers les infrastructures, représentent aujourd’hui 25% du PIB. Cause ou conséquence de la bonne gestion, les dons reçus par les bailleurs internationaux représentent 5% du PIB de l’échantillon contre 1% pour le sous-continent. Ces progrès reposent sur des avancées en matière de gouvernance plus marquées que dans le reste de l’Afrique subsaharienne, particulièrement dans les domaines suivants : surveillance de la corruption, efficacité du gouvernement, stabilité politique, qualité de la réglementation et participation de la population. Le FMI souligne donc ici le succès des États de l’échantillon qui sont parvenus, grâce à leurs politiques et à leurs réformes, à entamer « un cercle vertueux propice à une croissance forte et durable ».

L’institution a cependant rappelé que les défis restent de taille (productivité agricole, développement du capital humain et des infrastructures), mettant notamment en garde les pays où ont été découverts d’importants gisements de ressources naturelles (Mozambique, Ouganda, Tanzanie) face à l’explosion des IDE (5 milliards de dollars en 2012 pour le seul Mozambique) potentiellement déstabilisateurs en cas de retournement de la conjoncture économique.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte