Politique

Quand les Kadhafi se réfugiaient en Algérie

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 21 novembre 2021 à 17:30

Mouammar Kadhafi et sa famille, en 1992, à Tripoli. © Alain DENIZE/Gamma-Rapho via Getty Images

Il y a près de dix ans, Seif el-Islam Kadhafi, le fils de Mouammar, qui a récemment annoncé sa candidature à la présidence libyenne, se faisait arrêter dans le Sud libyen. Au même moment, sa famille trouvait refuge en Algérie. Récit.

Août 2011. Il faut vite fuir Tripoli avant que les rebelles ne s’en emparent. Très vite, quitter le palais présidentiel de Bab El Aziza avant que le colonel Mouammar Kadhafi et sa nombreuse famille ne tombent entre leurs mains.

Ils seront, au mieux jetés dans un cachot, au pire, lynchés sur la place publique. Ce dimanche 22 août 2011, le guide libyen qui fait face à une révolution armée prend la décision de quitter la capitale. Où se réfugier ? Quel pays ami ou quel chef d’État étranger accepterait de leur accorder l’asile ? Le colonel Kadhafi se rappelle au bon souvenir de son ami Abdelaziz Bouteflika.

Bien que le Guide soit fantasque, Bouteflika n’en éprouve pas moins de la sympathie pour lui

Lui ne refuserait pas son hospitalité à sa famille. Après tout, Bouteflika ne ferait que rendre l’ascenseur à Mouammar qui lui a cédé la villa mitoyenne à l’ambassade de Libye, à Alger, afin que le président algérien y loge sa mère. Mouammar Kadhafi veut rester en Libye – il prendra ensuite la direction de Syrte – mais souhaite mettre sa famille à l’abri.