Économie

Business schools : toutes en quête de l’accréditation AACSB

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 17 décembre 2021 à 16:05

La Rabat Business school fait partie des huit écoles africaines à avoir acquis le label. © RBS

Depuis plus d’un siècle, le label d’excellence AACSB récompense les meilleures écoles de commerce. Accordé à l’issue d’un examen approfondi de la formation pédagogique et des processus de fonctionnement, il constitue le sésame vers la reconnaissance internationale.

Label international d’excellence américain créé en 1916, l’AACSB (Association to Advance Collegiate Schools of Business) a fait sa première incursion africaine en 2006 avec l’accréditation de l’American Business School du Caire.

En l’espace de quinze ans, huit écoles de commerce africaines ont rejoint le label, dont deux marocaines : l’Esca en 2018 et la Rabat Business School en 2020.

BEM Dakar et l’EM Lyon Casablanca revendiquent également ce label accordé à leurs maisons mères françaises respectives de Bordeaux et Lyon, mais elle ne sont pas accréditées en tant qu’établissement.

Cela permet d’attirer étudiants et partenariats à travers le monde

Accès aux grands classements internationaux

« En accréditant une business school, AACSB distingue l’ensemble de la formation offerte par l’établissement, mais aussi tous les processus de fonctionnement : sélection des étudiants, recrutement des professeurs, liens internationaux, recherche, solidité financière… L’association veille aussi à ce que l’institution respecte les promesses faites aux étudiants », expliquait Olivier Aptel, le directeur de la Rabat Business School, juste après son accréditation.

« Être accrédité par l’AACSB, c’est le moyen d’accéder aux grands classements internationaux, et d’attirer des étudiants et des partenariats à travers le monde », fait valoir Tim Mescon, vice-président de l’organisation pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, situé à Amsterdam. « Désormais, dans notre processus d’accréditation, nous analysons aussi l’impact sociétal et l’engagement de l’école aux niveaux local, régional ou international », précise-t-il.