Économie

Pourquoi Air Sénégal a opté pour cinq nouveaux A220

Par
Mis à jour le 19 novembre 2021 à 11:35

Air Sénégal indique être déterminé à « jouer pleinement son rôle dans l’industrie du transport aérien africain ». © AIRBUS

Lors du Dubaï Airshow, Air Sénégal et le spécialiste des financements Macquarie AirFinance ont paraphé un contrat de fourniture de cinq avions.

Trois ans après son lancement, et conformément à sa volonté de développer ses activités, Air Sénégal indique dans son dernier communiqué de presse être déterminé à « jouer pleinement son rôle dans l’industrie du transport aérien africain ».

Ainsi, ce 16 novembre, le directeur général d’Air Sénégal, Ibrahima Kane, a paraphé au côté de John Willingham, directeur général de Macquarie AirFinance, bailleur spécialisé dans le financement de contrat d’acquisition d’avions, un protocole de livraison de cinq appareils Airbus A220. Il s’agit d’une location-vente (leasing) qui débutera en 2023. Les cinq appareils font partie du carnet de commandes de Macquarie AirFinance, qui détient 29 Airbus 220 parmi ses 240 avions et engagements de commande.

Macquarie AirFinance, acteur réputé et bien implanté en Afrique

Macquarie AirFinance est une entité du groupe financier diversifié Macquarie Group Limited, basé en Australie et présent dans une trentaine de marchés, dont la France, et doté de plus de 355 milliards d’euros d’actifs sous gestion.

Macquarie AirFinance travaille avec plusieurs compagnies aériennes africaines dont Air Côte d’Ivoire, Ethiopian Airlines, Kenya Airways et Mango Airlines.

Tous les niveaux de confort que nous avons sur les A330neo, nous les aurons sur les A220

Air Sénégal avait déjà dévoilé un accord lors du précédent salon de Dubaï, en 2019, par lequel il prévoyait de commander huit A220 censés être livrés en 2021. Les informations fournies à ce jour par le transporteur ne font nulle part mention de ces appareils dans sa flotte.

Coût opérationnel beaucoup plus faible

Dans un document publié en 2019, l’Association africaine des compagnies aériennes (Afraa) notait que « la valeur de marché en 2018, année de construction de l’A220-100 et de l’A220-300, [était] à 33,9 millions de dollars et 36,7 millions respectivement, et le prix de location typique à 245 000 dollars et 285 000 dollars par mois pour de nouveaux appareils ». L’A220, l’un des derniers-nés de la famille Airbus, fait partie des avions monocoques phares du constructeur. En effet, cet appareil qui peut contenir en moyenne 130 passagers est moins cher que d’autres avions de la même gamme, et est capable de parcourir les mêmes distances qu’un Boeing 737 ou un Airbus 320.

« Les A220 commandés seront sous deux modèles, il y a un modèle Long Range qui permet d’aller jusqu’à Londres avec un niveau de confort extrêmement élevé. Tous les niveaux de confort que nous avons aujourd’hui sur les A330neo, nous les aurons sur les A220 » précise le DG d’Air Sénégal sur le site web officiel de la compagnie aérienne.

Le PDG d’Air Sénégal, Ibrahima Kane, et Christian Scherer, directeur commercial d’Airbus, lors de la signature du contrat pour 8 nouveaux appareils, le 19 novembre 2019.

Le PDG d’Air Sénégal, Ibrahima Kane, et Christian Scherer, directeur commercial d’Airbus, lors de la signature du contrat pour 8 nouveaux appareils, le 19 novembre 2019. © Airbus Industrie

Avec cette commande, Air Sénégal cherche notamment à mettre en avant son engagement dans la réduction de son empreinte carbone, puisque ces appareils propulsés par des turbosoufflantes Pratt & Whitney, consomment jusqu’à 25 % de carburant de moins et rejettent 25 % de gaz carbonique de moins par siège que les modèles de la génération précédente. De plus, le coût de la maintenance est moins cher de 17 % que les A319 utilisés par la compagnie sénégalaise. En plus de cela, ces biréacteurs sont considérés comme moins bruyants que d’autres modèles.

Notre priorité, c’est l’amélioration continue du niveau de service offert à nos passagers

Air Sénégal utilisera ces A220 pour relier Dakar à des destinations régionales et européennes. L’investissement d’Air Sénégal fait partie d’un plan de vingt ans visant à développer les voyages et le tourisme au pays de la Teranga.

« Ces avions nous permettront d’offrir un niveau de qualité aux passagers sur des vols que nous appelons « lignes longues et fines » comme Londres, Milan, Genève, Marseille ou Lyon… Mais ce qu’il faut vraiment garder à l’esprit, ce sont des avions qui vont nous permettre d’avoir un coût opérationnel beaucoup plus faible », détaille Ibrahima Kane.

Des nouvelles liaisons nombreuses

Avec la mise en place de nouveaux itinéraires de vol, Air Sénégal opère désormais 21 liaisons dont 18 hors du Sénégal. Rien qu’en 2021, depuis le hub de l’Aéroport international Blaise-Diagne (AIBD),  le pavillon national sénégalais dessert huit nouvelles destinations telles que Cotonou, Libreville, Milan, Lyon, et New-York.

Nous voulons que l’on puisse prendre l’avion à un prix abordable n’importe où au Sénégal

« Pour arriver au jalon d’aujourd’hui, un travail colossal permanent et sérieux a été nécessaire », avait fièrement déclaré Ibrahima Kane à l’occasion du vol inaugural Dakar-New York-Washington en septembre 2021.

« Air Sénégal concrétise la vision du président de la République de faire de l’AIBD un hub international », estimait quant à lui Doudou Ka, directeur général de l’AIBD. Des témoignages plus qu’actuels au lendemain de la signature de ce contrat avec Airbus.

« En 2022, la priorité est l’amélioration continue du niveau de service offert à nos passagers », a confirmé Ibrahim Kane dans les médias spécialisés du secteur aérien. « Notre souhait est de l’étendre vers les autres destinations dès la fin du Programme de réhabilitation des aéroports du Sénégal (PRAS) afin que l’on puisse prendre l’avion à un prix abordable n’importe où au Sénégal ».

En finir avec les années difficiles

Selon les indications données par Ibrahima Kane à la chaîne de télévision sénégalaise iTV le 27 décembre 2020, cette année-là, Air Sénégal a perdu environ 25 % de son chiffre d’affaires à cause des restrictions liées à la pandémie. Le porte-drapeau sénégalais avait par la suite bénéficié de 68 millions d’euros de dotations de l’État en 2020. Les chiffres officiels de 2021 ne sont toujours pas accessibles.

Le transporteur, qui a commencé ses activités commerciales en 2018, exploite actuellement des Airbus A330-900, A321 et A319, ainsi que deux ATR 72-600.