Politique

Guinée : au RPG, la guerre pour succéder à Alpha Condé est ouverte

Réservé aux abonnés
Par - à Conakry
Mis à jour le 17 novembre 2021 à 17:08

Alpha Condé à Abidjan, en juillet 2021 © Guinea’s President Alpha Conde gives an interview during a meeting to discuss the 20th replenishment of the World Bank’s International Development Association, in Abidjan, Ivory Coast July 15, 2021. © Luc Gnago/REUTERS

Si la date des prochaines élections, comme celle de la libération d’Alpha Condé, demeure inconnue, les ambitieux s’activent déjà en coulisses. Dans leur ligne de mire : la tête du parti fondé par l’ancien président – et pourquoi pas – du pays.

Au Rassemblement du peuple de Guinée (RPG Arc-en-ciel), l’on est certain d’une chose : si longue sera la transition, les élections finiront par se tenir. L’absence de calendrier électoral et les incertitudes sur l’avenir du fondateur du parti, Alpha Condé, n’empêchent pas les prétendants à la succession de se projeter. Un enjeu qui a déjà entraîné une cassure au sein du parti : d’un côté, les caciques qui revendiquent une légitimité historique et, de l’autre, les partisans d’un renouvellement générationnel.

Dans le premier groupe, on retrouve en tête de liste l’ancien tout-puissant ministre délégué à la Défense nationale chargé des affaires présidentielles, Mohamed Diané. Resté fidèle à Alpha Condé, il s’estime plus légitime que quiconque pour lui succéder à la tête du parti. Mais, au RPG, il ne fait pas l’unanimité. Certains l’accusent d’avoir isolé le président des militants et de n’avoir pas su déjouer le putsch du 5 septembre dernier. Ses mauvaises relations avec Mamadi Doumbouya, le chef des putschistes devenu président de la transition, sont également perçues comme un handicap.