Politique

Liban : par le vote, la diaspora peut inverser le cours de l’histoire

Mis à jour le 17 novembre 2021 à 13:40
Collectif Change Lebanon

Par Collectif Change Lebanon

Association de droit français composée d'experts de la société civile libanais et franco-libanais

« Le peuple a décidé, le changement est en marche », peut-on lire sur un affichage électorale à Beyrouth, en octobre 2021 © JOSEPH EID/AFP

Moins de 140 000 Libanais de l’étranger sur 1 million de votants potentiels sont inscrits sur les listes électorales. La mobilisation pour les législatives de mars 2022 est pourtant cruciale pour l’avenir du Liban.

L’indépendance du Liban, dont nous devrions célébrer les 78 ans ce 22 novembre, n’est qu’une indépendance de façade. L’enjeu, désormais, c’est sa survie pure et simple en tant que Nation et en tant qu’État. Les élections législatives de mars 2022 marqueront soit l’expression de la volonté du peuple, soit celle d’une classe politique discréditée accaparant le pouvoir. Tentons d’inverser par le vote le cours de l’Histoire. Ne nous laissons pas décourager par une éventuelle révision de la loi électorale qui viendrait affaiblir le vote de la diaspora. Soyons un soutien des forces de l’opposition qui tentent d’émerger malgré une très forte adversité. Le temps presse.

Les Libanais de la diaspora doivent être inscrits sur les listes électorales avant le 20 novembre. Au soir de cette date, le nombre total d’inscrits reflètera la capacité de la mobilisation diasporique. Or à ce jour, sur un 1 million de votants potentiels dans le monde, seuls près de 140 000 d’entre nous se sont inscrits. De fait, la mobilisation n’est pas à la hauteur de l’enjeu. Le doute, la lassitude, l’indifférence ou l’éloignement sont-ils en train d’entraver la volonté de voter ? La probabilité est forte. Mais le prix a été trop élevé pour que nous renoncions …

Frustrations et attachement

Inscrivons-nous par frustration de n’avoir jusque-là que subi le cours des choses. Inscrivons-nous par solidarité avec nos proches vivant au Liban : enfants sans écoles, diplômés sans emplois qualifiés, malades sans soins, travailleurs sans salaires, jeunesse sans avenir… Inscrivons-nous pour que le volontarisme et l’intelligence l’emportent sur la médiocrité et la corruption.

Ce vote montrera à la médiocratie en place et au monde entier notre mobilisation à toute épreuve

Inscrivons-nous par devoir de mémoire pour tous ceux qui ont payé cher la construction du pays. Inscrivons-nous pour ne pas avoir un jour à répondre, la mort dans l’âme, à cette question de nos enfants : « Mais qu’as-tu fait pour essayer de changer la situation » ? Et surtout …. Inscrivons-nous par conviction que ce pays est bien le nôtre, y compris et surtout dans le malheur, que nous y sommes indéfectiblement attachés et qu’il a besoin de nous.

C’est en nous mobilisant de façon massive et démocratique que nous pourrons retrouver un Liban indépendant, en reprenant en main notre destinée sans plus la déléguer à d’autres. Inscrivons-nous avant le 20 novembre sur les listes et votons massivement en mars 2022. Participons activement à ce geste démocratique. Tournons délibérément le dos à toute résignation ou défaitisme. Ce vote n’est qu’une étape. Mais c’est une étape fondamentale qui montrera à la médiocratie en place et au monde entier notre mobilisation à toute épreuve dans la reconquête de notre indépendance.

Liste des cosignataires : Karim Daher (Aldic), Albert Kostanian (Kulluna Irada), Dania Khalil (Lebanon Talks). Ferris Wehbe (Our New Lebanon), Chibli Mallat (TMT), Hana Jaber (TMT), Nawal Meouchy (TMT), Isabelle Edde (TMT),  Nancy Stephan (The Lebanese Diaspora Network), Marc Tueni (Meghterbin Mejtemiin), Kamal Tarabey (Collectif franco-libanais), Georges Stephan (AADL), Rabih El Amin (Lebanese Executive Council), Nehme Lebbos (Union pour un Liban solidaire), Nadine Garabedian (Machrou Watan), Joumana Timery (La nouvelle République), Sergio Jalil (Celibal).