Politique

Centrafrique : entre France et Russie, les douanes de la discorde

Réservé aux abonnés
Par - à Bangui
Mis à jour le 18 novembre 2021 à 10:55

Le « représentant des instructeurs russes », Alexandre Ivanov, et le président de l’Assemblée nationale centrafricaine, Mathieu Simplice Sarandji, le 15 octobre 2021, à Bangui © AFP

La question de la gestion des recettes douanières, un temps confiée aux Russes, a envenimé les relations entre Paris et Bangui. Mais le dossier pourrait ne pas être clos.

Les Russes sont-ils définitivement écartés de la gestion des douanes centrafricaines ? Et la France y est-elle pour quelque chose ? Début octobre, après plusieurs semaines de polémique, Bangui a annoncé au chef de la mission économique russe la fin de sa « mission d’assistance technique auprès des différents postes de la douane centrafricaine ».

Entamée en mai dernier, cette collaboration avait fait couler beaucoup d’encre, tendant davantage encore les relations déjà difficiles qu’entretiennent Paris et Bangui. Officiellement, le but était de mieux lutter contre les fraudes en matière de transit et donc d’améliorer le niveau des recettes perçues par l’État. Mais nombre d’observateurs et de diplomates ont immédiatement soupçonnés Moscou d’avoir fait main basse sur une véritable manne financière (les recettes douanières représentent près du tiers du budget de l’État). Certains laissaient même entendre que cela permettait aux Russes de financer la coûteuse présence en Centrafrique des groupes paramilitaires liés à la société Wagner, appelés pour aider à combattre les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC).

« Les Russes confisquent la capacité fiscale de l’État »