Politique

RDC : dix choses à savoir sur Tommy Tambwe, l’ex-rebelle qui veut désarmer ses anciens compagnons

Réservé aux abonnés
Par - à Kinshasa
Mis à jour le 17 novembre 2021 à 12:03

Tommy Tambwe, lors de sa conférence de presse à la présidence. © DR

Félix Tshisekedi a choisi ce natif du Sud-Kivu pour diriger le programme Désarmement, démobilisation et réinsertion. Mais son passé d’ancien rebelle, et sa proximité avec le M23, soupçonné de vouloir reprendre le combat, suscitent la polémique.

1. Nomination controversée

Sa nomination, en août dernier, à la tête du Programme de désarmement, démobilisation et réinsertion des anciens combattants a donné lieu à une vive polémique. Tommy Tambwe Ushindi a en effet assumé des positions centrales dans la hiérarchie de groupes armés qui se sont rendus coupables de crimes et de violations des droits de l’homme.

Très critique à son égard, le Dr Denis Mukwege, prix Nobel de la Paix 2018, a estimé que sa nomination « encourag[eait] tous les autres criminels qui sont encore dans la forêt à continuer à tuer, violer, détruire parce qu’ils savent qu’un jour la stratégie de destruction les amènera au pouvoir ou les conduira à occuper des postes dans l’administration, l’armée [et] la police. » Ces dernières semaines, le spectre de la résurgence du Mouvement du 23 mars (M23), dont Tambwe fut l’un des cadres, est venu raviver la polémique.

2. Grande famille