Politique

Lalela Mswane, Miss Afrique du Sud, priée de boycotter Israël

Mis à jour le 16 novembre 2021 à 16:14
Damien Glez

Par Damien Glez

Dessinateur et éditorialiste franco-burkinabè.

Damien Glez © Damien Glez

L’actuelle reine de beauté nationale d’Afrique du Sud entend participer au concours de Miss Univers, le 12 décembre, à Eilat. Mais son gouvernement désapprouve, au nom de la cause palestinienne.

Faut-il distinguer le premier plan mondain d’un événement de son arrière-plan politique ? Faut-il boycotter une contrée dont on ne cautionne pas les dirigeants ou, au contraire, aller y mettre les pieds dans le plat ? Les nuits de Lalela Mswane ont peut-être été agitées, quelques temps, par de tels cas de conscience, lorsque elle a été conviée au concours annuel de Miss Univers prévu à Eilat, en Israël. L’actuelle Miss Afrique du Sud a finalement tranché, décidant de ne pas infléchir sa trajectoire de reine de beauté. Elle entend fouler le sol de l’État hébreu le 12 décembre prochain…

Ce 14 novembre, le gouvernement sud-africain, par la voix de son ministère des Arts et de la Culture, annonçait ne pas cautionner cette décision et suggérait, à l’inverse, un boycott du concours à cause des « atrocités commises par Israël contre les Palestiniens ».

L’Afrique du Sud soutient la cause palestinienne depuis la fin de l’apartheid, au milieu des années 1990. En 2019 encore, elle réduisait son ambassade à Tel-Aviv et retirait son ambassadeur. Les actions d’opposition à Israël – qui consistent à ne pas participer aux activités économiques ou culturelles qui le concernent – infusent aussi le microcosme des reines de beauté. En 2017, c’est la Miss Irak Sarah Idan qui avait subi une bronca pour le post d’un selfie avec son homologue israélienne Adar Gandelsman. Bagdad ne reconnaît pas l’État hébreu…

Événement politique ?

Pourtant, Israël tisse ces dernières années une toile méthodique en Afrique et a même obtenu, en juillet dernier, le statut d’observateur à l’Union africaine. Et c’est en Afrique du Sud, en marge des funérailles de Nelson Mandela, en 2013, que le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, avait déclaré que « les Palestiniens ne soutenaient pas le boycott d’Israël » mais réclamaient juste celui des « produits des colonies ». Soit dit en passant, Benjamin Netanyahu avait « boycotté » l’hommage à Madiba

Pour l’ANC, c’est aujourd’hui en Israël que « règne l’apartheid »

Si les organisateurs de la compétition sud-africaine se sont époumonés à répéter que le concours de Miss Univers n’était pas un « événement politique », peut-être une autre question aurait-elle pu être soulevée : faut-il priver la cause noire d’une chance de victoire planétaire, en particulier de celle d’une miss représentant un pays qui a longtemps plié sous le joug de l’apartheid ?

« Apartheid » ?  Pour le parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), c’est aujourd’hui en Israël que « règne l’apartheid ». Et le ministre de la Culture, Nathi Mthethwa, d’enfoncer le clou en déclarant que c’est bien pour « sa position publique en tant que femme jeune et noire » que l’entêtement de Lalela Mswane pourrait « s’avérer désastreux ». Et la cause de la femme jaugée publiquement sur des critères physiques arbitraires, on en parle plus tard ?