Politique

Tchad : dix choses à savoir sur Goukouni Weddeye, l’ex-président devenu médiateur pour Mahamat Idriss Déby Itno

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 24 novembre 2021 à 17:15

L’ancien président tchadien Goukouni Weddeye, à Paris, le 16 juin 2019. © Hugo Passarello Luna/Hans Lucas via AFP

L’ancien président tchadien est à la tête du comité chargé de favoriser le rapprochement entre le gouvernement de transition et les groupes rebelles. Son parcours en dix chapitres.

1. Tête d’affiche

En août, Mahamat Idriss Déby Itno, le président du Conseil militaire de transition, a chargé l’ancien chef de l’État tchadien de représenter le gouvernement, engagé dans un dialogue avec les groupes politico-militaires. Weddeye est donc en première ligne dans les pourparlers avec les exilés Tom Erdimi, Mahamat Nouri ou Abakar Tollimi, tous issus de l’ancien Front de libération nationale du Tchad (Frolinat), qu’il a jadis codirigé. Son objectif : faire aboutir le projet de table ronde avec les principaux chefs rebelles, initiative qu’il défend sans réel succès depuis le milieu des années 2000.

2. L’ombre du père

Né en 1944 à Zouar, dans le Tibesti, il est l’un des fils du derdé Kihidémi Weddeye, chef traditionnel des Toubous tchadiens. Le gouvernement de Ngarta Tombalbaye lui ayant retiré ses pouvoirs en 1965, le derdé entre en rébellion et part en Libye pour y chercher le soutien du roi Idriss.

Devenu un symbole de l’opposition armée à Tombalbaye, il se rapproche peu à peu d’autres mouvement tels que le Frolinat. Il ne rentrera qu’en 1975 au pays, où il mourra deux ans plus tard.