Politique

Locales au Sénégal : journalistes et politiques, un dangereux mélange des genres

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 15 novembre 2021 à 13:36

Les journalistes sénégalais Racine Talla et Amadou Sy. © DR / Montage JA

Proches du pouvoir aussi bien que de l’opposition, une dizaine de journalistes se sont portés candidats pour les élections du 23 janvier prochain. Au risque de brouiller les lignes ?

Près d’une dizaine d’entre eux se sont portés candidats aux élections locales du mois de janvier selon le Conseil pour l’observation des règles d’éthique et de déontologie dans les médias (Cored). Une situation assez inédite qui, le 2 novembre, a contraint Babacar Diagne, le président du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA), à rappeler à « tous les journalistes, animateurs, chroniqueurs qui sont candidats au poste de maire, président de conseil départemental ou conseiller municipal [qu’ils devront] laisser tomber leur profession de journaliste et être des politiciens purs durant toute la campagne ».

Directement visé, Ahmed Aidara, candidat de Yewwi Askan Wi (opposition) à la mairie de Guédiawaye et animateur-vedette de la Sen TV et de Zik FM, deux médias appartenant au groupe de presse D-Média de Bougane Gueye Dany, lui-même président de la coalition Gueum Sa Bopp. Ahmed Aidara rêve de ravir la mairie de Guédiawaye à Aliou Sall, le propre frère du président Macky Sall.

Visé aussi Racine Talla, directeur de Radiodiffusion télévision sénégalaise (RTS) et membre du bureau exécutif de l’Alliance pour la République (APR), le parti au pouvoir. Racine Talla est le maire sortant de la commune de Wakhinane Nimzatt dans le département de Guédiawaye. Quant à Thierno Amadou Sy, l’ancien présentateur du journal télévisé de 20h, il est candidat à la mairie de Nabadji Civol, dans la région de Matam (Nord) sur une liste concurrente à celle de la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY).

Prolongement d’une passion