Ces « Game changers » représentent la jeunesse, l’inventivité pionnière et le courage politique. © Stéphanie Scholz/Colagène

Cet article est issu du dossier

Game changers : sécurité, justice, climat… Ces Africains qui transforment le continent

Voir tout le sommaire
Société

Vanessa Nakate, porte-voix pour le climat

« Game changers » (7/7). Des écoles ougandaises à la tribune de la COP26, la jeune militante alerte sur les effets du dérèglement climatique en Afrique. Et n’hésite pas à demander des comptes aux dirigeants mondiaux.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 23 décembre 2021 à 10:31

Vanessa Nakate © Stéphanie Scholz/Colagène

En 2020, l’Afrique s’est réchauffée plus rapidement que la moyenne mondiale alors même qu’elle n’est responsable que de 7 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Inondations en RDC, invasions de criquets de l’Éthiopie à l’Ouganda, incendies en Algérie, fortes avancées des mers du Bénin au Sénégal… Les phénomènes climatiques extrêmes s’y sont multipliés. Et pour ne rien arranger, l’objectif de 100 milliards de dollars annuels accordés par les pays du Nord (principaux pollueurs) à ceux du Sud (et pour un quart à l’Afrique) afin de leur permettre de s’adapter au changement climatique n’a pas été atteint.

À Lire Vanessa Nakate : « Qui écoute les activistes africains pour le climat ? »

À la tribune de la COP26, le 12 novembre, Vanessa Nakate s’est chargée, du haut de ses 24 ans, de leur rappeler cette promesse de 2009 et a mis sérieusement en doute leurs engagements de 2021 : « Nous ne vous croyons plus. S’il vous plaît, prouvez-nous que nous avons tort. Et si vous échouez, que Dieu nous vienne en aide ».

Museveni et Biden