Économie

Air Algérie ciblée par une commission d’enquête sur le prix exorbitant des billets

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 15 novembre 2021 à 11:08

Un Boeing 737 d’Air Algérie à l’aéroport d’Orly. © Laurent GRANDGUILLOT/REA

Confrontée à des difficultés financières aggravées par la pandémie de Covid-19, la compagnie publique va être auditionnée par une commission d’enquête mise en place le 3 novembre par le gouvernement afin d’étudier la structure des tarifs de ses billets, jugés exorbitants.

La polémique enfle sur la toile depuis le 28 août, date de l’entrée en vigueur du nouveau programme de dessertes aériennes. Les Algériens résidant à l’étranger se plaignent de ne pas pouvoir venir au pays voir leurs proches à cause de la cherté des billets d’avion et du nombre insuffisant des vols.

Les autorités « préoccupées »

Scénario inattendu : le Premier ministre Aymen Benabderrahmane approuve les critiques des clients envers l’entreprise étatique, mais aussi contre les autres compagnies étrangères actives, en particulier sur la ligne Alger-Paris. « Je partage pleinement cette  préoccupation », a-t-il indiqué à l’ambassadeur d’Algérie à Paris, Mohamed Antar Daoud. Lequel a plaidé, mardi dernier, lors de la deuxième journée de la Conférence des chefs des missions diplomatiques et consulaires algériennes, pour le lancement de nouvelles offres à même de soulager les émigrés, contraints, selon lui, de débourser jusqu’à 3000 euros pour un séjour familial de quatre personnes en Algérie.