Politique

RDC : du prétoire au pouvoir, les réseaux de Dieudonné Kaluba, le plus influent des juges

Artisan, malgré lui, de la rupture entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, le président de la Cour constitutionnelle peut compter sur de solides connexions chez les magistrats et les politiques.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 14 novembre 2021 à 16:42

La garde rapprochée de Dieudonné Kaluba.

Depuis l’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi, en 2019, Dieudonné Kaluba, 55 ans, est incontestablement devenu l’un des magistrats les plus en vue de la RDC. Avocat expérimenté – il est inscrit au barreau de Kinshasa depuis 1994 et a officié comme avocat à la Cour de cassation, à la Cour pénale internationale (CPI) ainsi qu’au Conseil d’État – il est, depuis le 11 avril dernier, le nouveau président de la Cour constitutionnelle. Un poste stratégique, puisqu’il aura la responsabilité de publier les résultats définitifs des prochaines élections présidentielles et législatives, prévues en 2023, lors desquelles le chef de l’État briguera un second mandat.

Cette ascension au sommet de l’appareil judiciaire congolais est étroitement liée au camp présidentiel. Dieudonné Kaluba faisait en effet partie de l’équipe d’avocats qui a défendu Félix Tshisekedi devant la Cour constitutionnelle en janvier 2019, lorsque Martin Fayulu contestait les résultats de la présidentielle.

Alors peu connu du grand public, il s’est réellement illustré en tant qu’avocat de la République lors du procès des 100 jours. Très offensif lors des audiences retransmises en direct à la RTNC, il a joué un rôle clé dans cette affaire qui a valu à Vital Kamerhe, l’ex-directeur de cabinet de Tshisekedi, une condamnation à 20 ans de prison pour détournement de fonds – réduite à 13 ans en appel.

Depuis le 25 octobre, c’est dans son costume de président de la Cour constitutionnelle qu’il dirige un autre procès pour détournement de fonds, dit « Bukanga Lonzo », qui voit cette fois comparaître devant la haute cour du pays l’ancien Premier ministre Matata Ponyo.

Originaire de la province de Lomami, Kaluba a surtout été l’un des acteurs indirects de la rupture entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila. Sa nomination, ainsi que celle de deux autres magistrats, comme juge à la Cour constitutionnelle en juillet 2020 avait été le point de départ du divorce entre les deux hommes. Les consultations qui ont finalement abouti à la création de l’Union sacrée avaient d’ailleurs été annoncées au lendemain de sa prestation de serment, le 21 octobre 2020.

François Beya

Dieudonné Kaluba dispose d’un accès direct à Félix Tshisekedi. Au palais, il s’appuie sur certains relais d’influence, dont François Beya. Le président de la Cour constitutionnelle entretient en effet de bonnes relations avec l’incontournable « Monsieur sécurité » du chef de l’État, impliqué dans la quasi-totalité des dossiers sensibles de ce dernier.

Guylain Nyembo

Dieudonné Kaluba a également de bonnes relations avec le directeur de cabinet de Félix Tshisekedi, Guylain Nyembo. Le successeur de Vital Kamerhe est l’un des hommes qui compte à la Cité de l’Union africaine. Il y est ainsi l’un des relais du patron de la Cour constitutionnelle, au même titre que le plus discret Guy Kabombo Muadiamvita, directeur général du Journal officiel et ami de Tshisekedi.

Victor Kasanda

Ce proche de longue date du président de la Cour constitutionnelle a un droit de regard sur tous ses dossiers : il est aujourd’hui son directeur de cabinet. Magistrat au Parquet général près la Cour d’appel, Victor Kasanda est aussi membre du secrétariat permanent du Conseil supérieur de la magistrature, que préside Dieudonné Kaluba.

Blaise Ndombe Obel, son adjoint, est également l’un des magistrats les plus proches de Kaluba. Il dirigeait d’ailleurs son cabinet lorsque celui-ci était juge.

Patrick Kamanda Wa Kamanda

Homme des dossiers sensibles, cet ancien magistrat est le confident de Dieudonné Kaluba, qu’il connaît lui aussi depuis de nombreuses années. Patrick Kamanda Wa Kamanda fut également été son directeur de cabinet. Aujourd’hui juge d’instance, il est par ailleurs adjoint chargé de l’administration et des finances dans l’équipe de Kaluba.

Judith Kaluba Tshituka

Judith Kaluba n’est pas que la fille du président de la Cour constitutionnelle. Cette avocate est aussi l’une de ses discrètes collaboratrices. Elle gère en effet les dossiers privés de son père.

Edo Mukendi

Ancien bâtonnier du barreau de Kinshasa-Gombe, Edo Mukendi est réputé être le meilleur ami de Kaluba. C’est d’ailleurs lui qui a remplacé ce dernier dans l’équipe des avocats de la République pour le procès des 100 jours, après qu’il a été nommé président de la Cour constitutionnelle. Associé dans son cabinet d’avocats (Kaluba et Mukendi), Edo Mukendi est son homme de confiance.