Économie

Congo-FMI : une enveloppe de 450 millions de dollars sur la table

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 9 novembre 2021 à 19:00

Chantier de renforcement du port autonome de la ville de Pointe-Noire, 2012. © Antonin Borgeaud pour Les éditions du Jaguar

Un accord a été trouvé entre les équipes du Fonds monétaire international et le gouvernement congolais. Il doit maintenant être examiné par le conseil d’administration de l’institution de Washington.

Dernière ligne droite dans les négociations entre le Fonds monétaire international (FMI) et le gouvernement de Brazzaville. Le 8 novembre, les équipes de Kristalina Georgieva, la dirigeante bulgare du Fonds, ont annoncé avoir trouvé un accord avec le gouvernement congolais « sur un programme de trois ans au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) pour aider le pays à maintenir la stabilité macroéconomique et impulser une reprise économique dans le contexte de la pandémie. »

Concrètement, le Fonds et Brazzaville se sont mis d’accord sur le contenu des réformes que la troisième économie de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cemac) devra mener en trois ans pour obtenir le décaissement des ressources – par étape, après vérification et validation de l’application du programme par le FMI. La FEC envisagée en faveur de Brazza est anticipée à « 324 millions de droits de tirage spéciaux (DTS) ou 456 millions de dollars ».

Des programmes souvent incomplètement appliqués