Politique

Côte d’Ivoire : Hubert Oulaye, l’homme qui doit faire gagner le parti de Gbagbo

Réservé aux abonnés
Par - à Abidjan
Mis à jour le 6 novembre 2021 à 10:29

Hubert Oulaye à la cour d’assises d’Abidjan, en décembre 2017 © SIA KAMBOU/AFP

Originaire de l’ouest du pays, ce fidèle de l’ancien président a été nommé directeur exécutif du PPA-CI. Sa mission : construire un parti en capacité de ravir le pouvoir à Alassane Ouattara en 2025.

Hubert Oulaye s’est retrouvé propulsé sur le devant de la scène politique ivoirienne le 25 octobre dernier. Pourtant, l’annonce officielle de sa nomination en tant que président exécutif du PPA-CI s’est faite en son absence. Tandis que Me Habiba Touré, porte-parole de Laurent Gbagbo, présentait la liste des personnes choisies par l’ancien président pour diriger le parti sous les applaudissements des militants, Oulaye était à quelques kilomètres de là, chez Simone Gbagbo, pour son baptême du feu. Il était en effet chargé de mener une ultime médiation auprès de l’ancienne première dame, afin de tenter de la faire rejoindre le parti.

Il semblait être l’homme de la situation. Hubert Oulaye et Simone Gbabo sont camarades de longue date, ils se sont rencontrés lors de leurs années de syndicalistes dans les années 1980 et peuvent se parler franchement. Mais rien n’y a fait. Simone Gbagbo a refusé la main tendue de ceux qu’elle avait qualifiés quelques mois auparavant « d’anciens camarades », dénonçant leur manque de considération. Elle ne sera pas de ce nouveau départ voulu par Laurent Gbagbo.

« Je ne peux pas émettre de jugement sur ce qu’elle a ressenti. Mais je pense aux attentes des Ivoiriens et je me dis : que prendre en considération lorsqu’on vous invite à venir prendre part à la création de quelque chose qui permettra de leur offrir de meilleures conditions de vie ? Pour moi, l’enjeu était si important qu’il valait la peine de surpasser tout cela », confie Hubert Oulaye à Jeune Afrique quelques jours plus tard, le 29 octobre.

« Gbagbo est le père de la démocratie »