Politique

Mali : l’affaire Issa Kaou Ndjim révélatrice de dissensions entre Assimi Goïta et Choguel Maïga ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 8 novembre 2021 à 14:43

Issa Kaou Djim le 31 mai 2021, à Bamako. © Nicolas Remene/LePictorium/MAXPPP

Le sort du 4ème vice-président du CNT, incarcéré suite à des des propos critiques à l’encontre du Premier ministre, divise les institutions maliennes.

Un bras de fer est-il engagé entre le Conseil national de transition (CNT) et le gouvernement ? Après une semaine de discussion, une commission ad hoc du CNT réunie jeudi 4 novembre a statué sur le cas de son 4ème vice-président, Issa Kaou Ndjim, incarcéré depuis une semaine. À l’issue de cette plénière, elle a demandé « la suspension de la détention de l’honorable Issa Kaou Ndjim » et demandé au gouvernement d’« instruire aux autorités d’enquêtes le respect scrupuleux des lois de la République notamment en ce qui concerne l’immunité conférée aux parlementaires par l’article 62 dernier alinéa de la Constitution ». La demande du CNT, qui n’a aucun pouvoir contraignant, va-t-elle changer le sort de Kaou Ndjim ?

Cette prise de position du CNT intervient une semaine après l’arrestation inattendue de cet homme politique et ancien membre du Mouvement du 5-juin qui n’a pas sa langue dans sa poche. Il a été incarcéré à la maison d’arrêt de Bamako pour « troubles à l’ordre public ». Lors d’une audience vendredi 29 octobre, trois mois de prison ont été requis à son encontre par le parquet.

Cela intervient peu après des propos critiques de Kaou Ndjim sur le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga. « Choguel tient un discours irresponsable qui embarque le pays dans l’abîme », avait-il dénoncé quelques jours après l’expulsion du représentant spécial de la Cedeao, Hamidou Boly.

Proche d’Assimi Goïta