Politique

Affaire du « bombardement » de camions algériens : comment les Marocains reçoivent les accusations

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 5 novembre 2021 à 22:07

Depuis un an et l’opération de Guerguerate, les relations entre les deux voisins connaissent un fort regain de tension. © RYAD KRAMDI/AFP

À la suite des accusations algériennes de bombardement de deux camions civils algériens, la tension est à son paroxysme entre Alger et Rabat, laissant entrevoir les prémices d’un conflit ouvert entre les deux voisins.

S’il ne se passe pas une heure sans que paraisse un nouvel article sur l’affaire du « bombardement » de camions civils algériens – qui n’a pas encore été confirmé par une source indépendante – dans la presse algérienne, la presse marocaine est moins prolixe sur le sujet.

En témoignent les unes des médias marocains qui, sans ignorer les graves accusations portées par la présidence algérienne, s’attardent davantage sur l’interprétation à donner aux événements que sur la véracité des informations rapportées par le site menadefense.

Ainsi, une grande partie de la presse marocaine s’interroge sur la volonté algérienne de rechercher à tout prix un prétexte à la guerre. « Il est possible que cette histoire ait été montée en épingle par une frange radicale de l’armée algérienne afin de créer un casus belli, alors que personne dans l’opinion n’est enthousiaste à l’idée d’un conflit ouvert avec l’Algérie », affirme ainsi une source marocaine bien informée contactée par JA.