Energie

Le Maroc dément avoir des difficultés à financer son Plan solaire

Le ministre marocain Salaheddine Mezouar annonce de nouvelles mesures de rétorsion contre l'ONU. © Hassan Ouazzani/J.A.

Pour Salaheddine Mezouar, le ministre marocain des Affaires étrangères, la réticence de bailleurs de fonds internationaux tels que la Banque européenne d'investissement et la Banque mondiale à financer les installations du Plan solaire du Maroc situées dans le Sahara occidental n'empêchera par le pays de mobiliser les fonds nécessaires. D'autres investisseurs sont prêts, a-t-il expliqué à "Reuters".

La Banque européenne d’investissement (BEI) et la Banque mondiale ont beau être réticentes à financer les installations solaires du Maroc dans le Sahara occidental, le Royaume chérifien reste serein. C’est en susbstance le message qu’a fait passer Salaheddine Mezouar dans l’interview qu’il a accordée à l’agence Reuters le mardi 4 février, à Madrid.

« Les investissements seront réalisés »

Le refus de ces institutions de financer ses installations afin de « conserver une position neutre » dans la controverse au sujet de cette région, n’a pas amoindri les ambitions du Maroc en matière d’énergies renouvelables a expliqué le ministre marocain des Affaires étrangères. « C’est leur problème. Nous n’avons pas de difficultés de financement. Nous avons de nombreux investisseurs : il y a les Japonais, les Chinois et les pays du Golfe », a expliqué Salaheddine Mezouar, sans donner plus de détails sur l’identité des investisseurs. 

Lire aussi :

Maroc : KfW prête 654 millions d’euros pour la construction de deux centrales solaires
Maroc : un consortium espagnol emporte la construction de la centrale de Ouarzazate
Mustapha Bakkoury pilote le Plan solaire marocain
Maroc : objectif soleil

« L’objectif est d’atteindre une capacité de 2 000 mégawatts (MW). Le Sahara occidental a besoin d’énergie renouvelable et les investissements seront réalisés. Si certains ne veulent pas venir, d’autres le feront », a-t-il martelé.

5 centrales, 2 000 MW

Le Maroc, importateur net d’énergie, a l’intention de développer rapidement sa production d’énergie renouvelable. Il compte ainsi faire passer à 20% le poids du renouvelable dans son mix énergétique d’ici 10 ans.

Pour ce faire, le royaume chérifien a lancé le Plan solaire qui porte sur la construction de cinq centrales photovoltaïques, dont deux se trouvent dans le Sahara occidental. D’une capacité de production totale de 2 000 MW ce projet a un coût estimé à 9 milliards de dollars.

La première centrale, qui se situe à Ouarzazate, devrait être opérationnelle l’année prochaine. D’une capacité de 160 MW et construite par un consortium formé de trois sociétés espagnoles, elle sera gérée par le saoudien Acwa Power International qui a remporté le contrat d’exploitation d’un montant d’un milliard de dollars.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte