Politique

Alger accuse le Maroc d’avoir « assassiné » trois civils algériens

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 5 novembre 2021 à 21:41

Depuis un an et l’opération de Guerguerate, les relations entre les deux voisins connaissent un fort regain de tension. © RYAD KRAMDI/AFP

Les tambours de la guerre résonnent entre l’Algérie et le Maroc. Après une année émaillée de déclarations incendiaires de part et d’autre, Alger accuse Rabat d’avoir bombardé, le 1er novembre, deux camions civils algériens.

La présidence algérienne a, via un communiqué, dénoncé ce 3 novembre « l’assassinat de trois ressortissants algériens », victimes, selon elle, d’un bombardement, le 1er novembre, « alors qu’ils faisaient la liaison Nouakchott-Ouargla » à bord de leurs camions.

« Plusieurs facteurs désignent les forces d’occupation marocaines au Sahara occidental comme ayant commis avec un armement sophistiqué ce lâche assassinat à travers cette nouvelle manifestation d’agressivité brutale qui est caractéristique d’une politique connue d’expansion territoriale et de terreur », indique le communiqué d’El Mouradia.

L’événement a d’abord été rapporté le 2 novembre par le site très suivi menadefense.net du journaliste algérien Akram Kharief. « L’incident a eu lieu entre Aïn Bentili et Bir Lahlou [soit dans la zone contrôlée par le Polisario, NDLR] par où passe la route entre l’Algérie et la Mauritanie », explique l’article de menadefense.

Les relations entre les deux voisins connaissent un fort regain de tension depuis un an