Politique

Zemmour, l’islam et la laïcité : la vérité n’est pas son projet

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 2 novembre 2021 à 15:52

Le polémiste Éric Zemmour, à Nantes. © Jean Claude MOSCHETTI/REA

Le polémiste et probable candidat à la présidentielle française est parvenu à recouvrir d’un vernis intellectuel son discours sur l’islam et les musulmans. Quitte à faire fi de la rigueur la plus élémentaire… Démonstration.

La « vérité alternative » constitue l’un des ressorts du succès d’Éric Zemmour. Parmi les sujets que le probable candidat à la présidentielle française de 2022 manipule ad nauseam : l’islam. Depuis une dizaine d’années, le polémiste, plusieurs fois condamné pour ses dérapages verbaux, construit un discours extrême à l’égard des musulmans français, accusés dans leur ensemble de déloyauté potentielle vis-à-vis de la France et/ou de la République – Éric Zemmour joue habilement de la confusion. Mû par une approche obsessionnelle du sujet en surfant sur les peurs du grand public, il a fait de la « fausse vérité » l’ADN de son projet politique naissant. JA a passé cinq de ses déclarations au tamis des textes et de l’histoire.

« Tuer les juifs et les chrétiens »

« C’est écrit dans le Coran qu’il faut tuer les juifs et les chrétiens. Mahomet en a égorgé beaucoup. » La citation date du 7 septembre 2016, date de parution de Un quinquennat pour rien. Alors invité d’Yves Calvi sur RTL, Éric Zemmour vient en faire la promotion. La discussion dévie rapidement sur l’objet habituel du scandale, l’islam et la violence dont le texte coranique est porteur, selon lui.

Ce qui est contextuel ne prévaut pas sur ce qui a une portée générale », précise Daoud Riffi