Politique

Maroc : Abdelilah Benkirane de retour à la tête du PJD

Par - à Casablanca
Mis à jour le 31 octobre 2021 à 16:04

Abdelilah Benkirane, alors Premier ministre, en campagne à Sale près de Rabat, le 6 octobre 2016. © AP Photo/Abdeljalil Bounhar

Après la déroute électorale de septembre, le PJD espère retrouver une dynamique avec le retour à sa tête du poids-lourd du parti.

Tenu à l’écart de la politique depuis 2017, Abdelilah Benkirane fait son grand retour à la tête du PJD, un parti qu’il a déjà dirigé entre 2008 et 2017. Le leader déchu mais incontesté de la formation islamiste a été élu à la tête du secrétariat général du Parti de la Lampe lors d’un congrès extraordinaire à Bouznika, samedi 30 octobre.

Sa victoire est écrasante : 1112 voix, soit 89 % des 1250 inscrits. Face à lui, ses deux principaux rivaux ont essuyé une large défaite : Abdelaziz Omari, ex-maire de Casablanca et candidat privilégié par le secrétariat général sortant du parti (dirigé par l’ex-chef de gouvernement, Saâdedine El Otmani) a obtenu 231 voix. Quant à Abdellah Bouanou, le très dynamique chef du groupe parlementaire PJD, il n’a reçu que 15 voix.

Architecte et gardien des victoires politiques

Au lendemain de la débâcle du PJD aux élections législatives, régionales et communales du 8 septembre et de la victoire du RNI, la base du parti a donc préféré s’en remettre à une figure historique et fondatrice du parti, plutôt qu’à un réformateur, héritier du courant, incarné par El Otmani par exemple, ou à un profil plus jeune et technocratique comme Bouanou. Au sein du PJD et ailleurs, ce retour de Benkirane est perçu comme une « réaction émotionnelle ». Au-delà de ses qualités de tribun, Benkirane demeure en effet, dans les mémoires, l’architecte et le gardien des victoires politiques du parti en 2011, 2015 puis 2016.

« Est-ce que cela suffira ? Qu’a t-il réellement à proposer aux militants et aux Marocains ? Désormais, le parti a besoin de couper le cordon avec l’ancienne génération pour prendre une nouvelle trajectoire, je ne suis pas certain que Benkirane soit l’homme de la situation », s’interroge un sympathisant du parti. À l’issu du congrès Abdelilah Benkirane s’est fendu d’une déclaration sur Facebook qui se veut apaisante : « Malgré ce qu’il y a eu entre nous [de graves dissensions entre dirigeants, NDLR], le parti a pu préserver son unité (…) J’ambitionne de travailler avec tout le monde et je n’accepterai jamais qu’un militant me refuse son aide quand j’en ai besoin. »

Manœuvre ratée d’El Otmani

Unité et nouveau départ, voilà le vœux de Benkirane pour son troisième mandat à la tête du PJD. Limogé en 2017 par Mohammed VI, six mois après avoir été démocratiquement élu puis trahi par ses « frères », qui lui ont préféré Saâdeddine El Othmani comme chef du PJD, Benkirane rêvait secrètement d’un retour au PJD par la grande porte, et d’incarner à nouveau l’opposition. D’autant plus que c’est son plus grand adversaire, Aziz Akhannouch (RNI), qui dirige désormais le gouvernement.

Saâdedine El Otmani et l’ensemble de son secrétariat général ont essayé de l’empêcher de revenir sur le devant de la scène

Mais jusqu’au bout, Saâdedine El Otmani – dont les relations avec Benkirane sont minimalistes -, et l’ensemble de son secrétariat général ont essayé de l’empêcher de revenir sur le devant de la scène. Ces derniers ont en effet proposé de reporter d’un an la tenue du congrès ordinaire censé avoir lieu en décembre prochain pour élire une nouvelle direction.

Une façon de conserver la main sur le parti et de tenir Abdelilah Benkirane à l’écart. Dans un live Facebook suivi par 160 000 internautes, celui-ci a exprimé sa désapprobation le 27 octobre, et a finalement obtenu gain de cause. En plus d’avoir élu Benkirane nouveau chef du PJD, le congrès ordinaire aura finalement bien lieu à la fin de l’année 2021 ; ce qui lui laisse encore quelques semaines pour l’organiser et probablement être reconduit. L’ancienne direction, très affaiblie politiquement, a semble t-il accepté la situation. À la sortie du congrès extraordinaire, Lahcen Daoudi, ex-membre du SG et très critique vis à vis de Benkirane, a évoqué « un résultat de la démocratie » et un « choix victorieux ».

Quelle opposition ?

Dorénavant, la véritable question qui se pose est la suivante : quel est le projet politique d’Abdelilah Benkirane ? Le parti du PJD traverse l’une des plus grandes crises de son existence, usé par dix années de pouvoir ous le mandat d’El Otmani certes (2017-2021), mais également – dans une moindre mesure – sous le mandat de Benkirane (2011-2017). Ce dernier doit à nouveau fédérer les courants internes, resserrer les rangs, faire l’auto-critique du parti, accepter l’émergence d’une génération plus « réformatrice » et moins rigide, se réconcilier avec sa matrice idéologique du Mouvement de l’unicité et de la réforme (Mur), qui a pris ses distances avec le parti, et proposer des idées neuves, un contre-projet à celui de l’actuelle majorité gouvernementale.

« Avec le retour d’Abdelilah Benkirane, c’est sur qu’il va y avoir du spectacle. Il enchaîne les lives Facebook où il incendie l’actuel gouvernement et ne mâche pas ses mots, mais après ? », s’interroge un éditorialiste politique. Avec un groupe parlementaire réduit à néant – 13 sièges sur 395 -, le PJD ne dispose comme leviers d’action que les réseaux sociaux et la société civile. C’est suffisant pour être gênant, mais pas assez pour incarner un contre-pouvoir.