Politique

Algérie : Amar Belani, porte-flingue d’El-Mouradia

Réservé aux abonnés
Par - à Alger
Mis à jour le 9 novembre 2021 à 22:08

Amar Belani, envoyé spécial chargé de la cause sahraouie et des pays du Maghreb arabe. © DR

Après une année sans poste, Amar Belani, plusieurs fois ambassadeur et ancien porte-parole du ministère des Affaires étrangères, fait un retour fracassant en tant qu’envoyé spécial chargé de la cause sahraouie et des pays du Maghreb arabe.

Le 5 septembre 2021, le président Abdelmadjid Tebboune opère, en concertation avec Ramtane Lamamara, un vaste mouvement diplomatique. Un renouvellement assorti de la création de sept envoyés spéciaux, reflétant les priorités du palais présidentiel d’El Mouradia en matière de politique étrangère : l’antagonisme avec le Maroc, les question africaines, en particulier la géostratégie de l’espace sahélo-saharien et la présidence du comité de suivi de l’application de l’accord d’Alger de paix et de réconciliation au Mali.

Le nom de Amar Belani est le seul proposé pour se charger du Sahara occidental et des pays du Maghreb, deux dossiers sensibles s’il en est après la rupture des relations diplomatiques entre Rabat et Alger.

Il part ainsi en croisade contre « la fiction auto-entretenue  de la marocanité du Sahara »

La nomination de l’ancien ambassadeur d’Algérie à Bruxelles au poste d’envoyé spécial chargé du Sahara occidental et des pays du Maghreb dans un contexte d’exacerbation du conflit entre les deux pays voisins, n’est pas fortuite.