Politique

Côte d’Ivoire : beaucoup de fidèles et quelques absents à la tête du parti de Laurent Gbagbo

Laurent Gbagbo a dévoilé ce 25 octobre la composition des membres du bureau du Parti des peuples africains – Côte d’Ivoire (PPA-CI). Hubert Oulaye est nommé directeur exécutif de la formation. Simone Gbagbo n’en fait pas partie.

Réservé aux abonnés
Par - à Abidjan
Mis à jour le 26 octobre 2021 à 06:55

Laurent Gbagbo lors du lancement de son nouveau parti, à l’Hôtel Ivoire, à Abidjan, le 17 octobre. © SIA KAMBOU/AFP

Les militants du PPA-CI et la presse avaient été conviés ce 25 octobre, à 11 heures. Mais il aura fallu plus de deux heures d’attente pour découvrir l’équipe dirigeante du nouveau parti de Laurent Gbagbo. Huit jours après la constitution en grande pompe de cette nouvelle formation politique dont l’ancien président a pris la tête, il a dévoilé le nom de sa garde rapprochée.

Une décision dont la lecture par Habiba Touré, avocate et cheffe de cabinet de l’ancien président, a été ponctuée d’applaudissements, annonce la création d’un Conseil stratégique politique. Présidé par Assoa Adou, qui était ces dernières années le relai de l’ancien président durant ses années d’incarcération à la Cour pénale internationale, il est composé de dix-sept personnes.

À Lire Francis Akindès : « Il y a une ambiguïté dans le discours de Laurent Gbagbo »

Compagnons historiques

Parmi eux, d’historiques compagnons de route de Laurent Gbagbo : Sébastien Dano Djédjé, nommé premier vice-président, a présidé le congrès constitutif du parti, le 17 octobre ; ou encore Laurent Akoun, l’un des idéologues du Front populaire ivoirien. Mais aussi des alliés traditionnels tels que Stéphane Kipré, le gendre de l’ex-chef de l’État et Georges-Armand Ouegnin, ex-patron de la plateforme d’opposition Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS). « Laurent Gbagbo a voulu mettre en place et allier compétence, expérience et jeunesse pour dynamiser le parti. D’autres nominations suivront », a déclaré Habiba Touré.

Justin Katinan Koné, rentré d’exil en avril, a été nommé deuxième vice-président et porte-parole du parti, confirmant une fonction qu’il occupait déjà de facto auprès de Laurent Gbagbo. Il sera assisté d’Habiba Touré, désignée comme son adjointe. Auguste Emmanuel Ackah devient de son côté directeur de cabinet de l’ancien président.

Oulaye-Pickass-Adou en première ligne

Ce Conseil sera chargé de la « stratégie globale du parti », indique le communiqué. Il « servira de guide afin que, dans la marche du parti, nous ne nous écartions pas des points de départ qui nous ont rassemblés : la souveraineté de la Côte d’Ivoire et l’Union africaine », se réjouit Gaspard Sehi, député de Facobly.

À Lire Côte d’Ivoire : mais que veut vraiment Laurent Gbagbo ?

Les manettes de PPA-CI sont quant à elles confiées à Hubert Oulaye, nommé président exécutif. L’ancien ministre de la fonction publique est à la tête du groupe parlementaire Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS). Enfin, Damana Adia Pickass prend le poste de secrétaire général.

Simone Gbagbo et Charles Blé Goudé absents

Adou-Oulaye-Pickass, voilà donc le trio appelé à tenir les rênes du nouveau parti de Laurent Gbagbo. Revenu en Côte d’Ivoire après dix années de procédures judiciaires à la Cour pénale Internationale (CPI), il doit relancer son mouvement politique.

À Lire RDC – Côte d’Ivoire : l’escapade évangélique de Simone Gbagbo

Avec de nombreux compagnons historiques donc, mais quelques absents : Pascal Affi N’Guessan, dont Laurent Gbagbo s’est officiellement séparé en lui laissant le Front populaire ivoirien, Charles Blé Goudé, son ancien ministre et co-détenu à la CPI et surtout Simone Gbagbo. Selon le communiqué du PPA-CI, l’ancienne Première dame a refusé d’intégrer le Conseil stratégique et politique du PPA-CI.