Politique

CAN 2021 au Cameroun : les dessous de l’opération séduction de Paul Biya

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 21 octobre 2021 à 17:01

Paul Biya © Victor Zebaze

Durant dix jours, une délégation emmenée par le secrétaire général de la présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh, visite les sites qui accueilleront la CAN en janvier. Une façon pour Paul Biya de tenter de faire taire les critiques. « Jeune Afrique » détaille les plans du chef de l’État.

À moins de trois mois de l’échéance, Paul Biya a décidé de déclencher l’opération séduction visant à faire de la CAN 2021 (qui aurait paradoxalement lieu en janvier prochain) un événement politique majeur de son mandat. Le chef de l’État en avait fait un argument de campagne lors de l’élection présidentielle de 2018 et ne compte pas passer à côté de l’occasion de rappeler à ses concitoyens qu’il est le grand artisan de l’événement – malgré les reports et couacs successifs.

Pour cela, Paul Biya a décidé de miser sur Ferdinand Ngoh Ngoh, secrétaire général de la présidence. Selon nos informations, ce dernier a été préféré à Joseph Dion Ngute, le Premier ministre, lequel préside pourtant le comité d’organisation de la CAN (COCAN) et est le supérieur direct du ministère des Sports. Le président camerounais a préféré confier à son chef du gouvernement une mission plus politique, à savoir la gestion de la crise anglophone.

Task force

Pourquoi Ferdinand Ngoh Ngoh ? Selon une source interne à la présidence, Paul Biya a surtout voulu faire taire les critiques concernant la construction des stades et des hôtels devant accueillir la compétition. Or, c’est le secrétaire général qui est à la tête de la « task force » chargée de veiller à la bonne réalisation des chantiers, et c’est donc ce même Ferdinand Ngoh Ngoh qui était au cœur des critiques alors que les travaux prenaient du retard.

Au secrétariat général de la présidence, un homme s’est donc vu confier la mission de préparer une tournée des stades et des hôtels de la CAN : Georges Ewane. L’ancien patron de la section radio de la CRTV (radio-télévision nationale), occupe depuis juin dernier un poste de conseiller technique auprès de Ngoh Ngoh. Il est en outre, depuis longtemps, un habitué du palais d’Etoudi : journaliste, il animait une chronique sur les coulisses de la présidence et, lors du Grand dialogue national de 2019, il avait hérité du poste de porte-parole.

La mission de Ferdinand Ngoh Ngoh doit durer une dizaine de jours et a débuté le 15 octobre dernier par une réception donnée au domicile du ministre chargé de la présidence, Philippe Mbarga Mboa. Plusieurs grands noms du football africain ont été invités à prendre part à la tournée, qui a déjà visité Douala et Bafoussam : Samuel Eto’o, El-Hadji Diouf, Rigobert Song, Roger Milla, Patrick Mboma, Joseph Antoine Bell, ou encore Gaëlle Enganamouit.

Philippe Doucet, journaliste français de Canal+ et chroniqueur habituel du football continental, a également été invité à se joindre à cette troupe. Selon nos informations, ce dernier est un habitué des missions en collaboration avec l’État camerounais. En janvier dernier, il avait été invité à Yaoundé pour animer au côté du local Martin Camus Mimb une formation au commentaire de matchs auprès des journalistes sportifs de la CRTV.

Plusieurs autres journalistes internationaux ont également été invités. Aucune information n’a en revanche fuité sur le budget de cette opération. Selon une source contactée par Jeune Afrique à la présidence de la République, Paul Biya avait donné à son secrétaire général des instructions afin que celle-ci n’occasionne pas de dépenses élevées.