Société
La tour Postel 2001 (à g.), gratte-ciel haut de 105 m. et l’immeuble Caistab (104 m.), à Abidjan.

Cet article est issu du dossier

Côte d’Ivoire : Abidjan, capitale 3.0

Voir tout le sommaire
Économie

Côte d’Ivoire : Bingerville en plein boom

Réservé aux abonnés
Par - à Abidjan
Mis à jour le 10 janvier 2022 à 10:55

Dans certains quartiers, les nouveaux bâtiments poussent à la vitesse de l’éclair. © Issam Zejly pour JA

L’ancienne capitale du pays (1900-1933) concentre depuis moins de dix ans une activité immobilière intense. Logements sociaux, économiques ou de haut standing foisonnent à la lisière d’Abidjan.

La forte congestion et la cherté des logements à Abidjan – la capitale économique – ont favorisé un boom immobilier dans ses banlieues. Bingerville, l’ancienne capitale (1900-1933), bénéficie de ce développement né de la croissance économique soutenue observée au cours des dix dernières années. Une croissance qui a engendré l’émergence d’une classe moyenne saisissant toutes sortes d’opportunités pour acquérir un logement décent. La proximité de cette cité, située à 30 kilomètres du centre-ville d’Abidjan, en fait un endroit prisé par les promoteurs immobiliers et les acquéreurs, au point qu’aujourd’hui ancienne et nouvelle capitale se confondent.

Signalisation et bitumage

Forêts et végétation ont disparu au profit des chantiers à ciel ouvert et de grands terrassements. « Avant, on ne parlait de Bingerville que pour son hôpital psychiatrique. Avec le développement de l’immobilier, tout a changé », explique un habitant de longue date. L’ouverture de l’hôpital Mère-Enfant de la première dame Dominique Ouattara a aussi rendu la cité encore plus attractive. La ville, longtemps confinée autour de l’unique artère qui la traversait de part et d’autre – l’avenue Nampé-Dioulo –, a connu de grandioses extensions. Le bitume cabossé d’autrefois a été remplacé, une « deux fois deux voies » a été construite et quelques rues secondaires ont été reprofilées.

Plusieurs programmes de construction du gouvernement, d’abord annoncés comme des logements sociaux, se sont mués en programmes économiques, voire de haut standing