Économie

Burkina : Meridiam et Aéroport de Marseille voient grand à Donsin 

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 13 octobre 2021 à 16:12

Thierry Déau est le fondateur et président de Meridiam, société d’investissement spécialisée dans le financement et la gestion de projets d’infrastructures. Ici à Paris, en décembre 2016. © Vincent Fournier/JA

L’exécutif burkinabè et un consortium composé de Meridiam et Aéroport de Marseille Provence (AMP) ont conclu un accord sur le futur aéroport international de Ouagadougou-Donsin. Les acteurs privés français ont un an pour mobiliser les 220 millions d’euros nécessaires au financement du projet.

Le projet d’aéroport international Ouagadougou-Donsin, sur la table depuis plus de dix ans, reprend du souffle. Les ministres des Transports, Vincent Dabilgou, et des Finances, Lassané Kaboré, ont signé le 12 octobre dans la capitale burkinabè avec le Sénégalais Amadou Sy, directeur des investissements chez Meridiam, une concession d’une durée de trente ans assortie d’un investissement d’environ 220 millions d’euros pour développer la future infrastructure aéroportaire prévue à 35 kilomètres au nord-est de Ouagadougou.

« Les négociations se sont poursuivies jusqu’au dernier moment. Nous avons fait une présentation du projet devant les syndicats et répondu à leurs inquiétudes notamment sur le maintien des avantages acquis », a expliqué à Jeune Afrique Amadou Sy, le représentant de Meridiam, en consortium avec Aéroport de Marseille Provence (AMP) sur le projet.

Une convention tripartite (État, syndicat, consortium) est prévue pour régler le transfert des agents de l’actuel aéroport de Ouagadougou au nouvel aéroport de Donsin.

Démarrage des travaux dès la fin de 2022