Économie

Marta Blanco : « Les échanges commerciaux Espagne-Afrique ont augmenté de 40 % en dix ans »

La très puissante Confédération espagnole des entreprises (CEOE) a nommé un responsable Afrique. Une première qui marque les nouvelles ambitions du royaume ibérique, selon la présidente de la branche internationale de l’organisation patronale.

Réservé aux abonnés
Par - à Madrid
Mis à jour le 10 novembre 2021 à 15:41

Marta Blanco, présidente de la branche internationale de la Confédération espagnole des entreprises, en février 2021, au siège de l’organisation patronale. © Javier Jiménez/CEOE

 Jeune Afrique : Pourquoi la Confédération espagnole des entreprises porte-t-elle une attention particulière à l’Afrique ?

Marta Blanco : Depuis que je suis arrivée, il y a trois ans, j’ai pu constater un intérêt grandissant pour l’Afrique. Notre but aujourd’hui est d’intensifier notre présence sur le continent, où nos entreprises sont de plus en plus demandées.

Jusqu’en février 2021, la région Afrique dépendait du même département que l’Asie à la CEOE. Désormais, nous avons un responsable chargé exclusivement du continent africain.

À Lire Espagne-Afrique : à l’aube d’une décennie dorée

Comment soutenez-vous concrètement les actions de vos adhérents en Afrique?

Nous organisons régulièrement des rencontres entre entreprises espagnoles et africaines. Nous travaillons aussi avec le corps diplomatique africain en Espagne. Le but de la CEOE est d’informer davantage sur les marchés en Afrique et, côté africain, de faire connaître les entreprises espagnoles.

À la suite des visites officielles, nous mettons en place un suivi avec les organisations patronales du pays concerné. Les déplacements des responsables du gouvernement sont aussi très importants pour nous car ils ont toujours une dimension économique forte.

Que pensez-vous des actions gouvernementales mises en place pour soutenir le secteur privé espagnol sur le continent ?

Nous nous félicitons de tous les efforts réalisés depuis la présentation du Plan Afrique III, il y a deux ans. Ils montrent l’importance que l’Espagne accorde au continent africain.

L’Afrique du Sud reste la première destination subsaharienne pour les exportations espagnoles

Tout récemment, le 7 septembre, le gouvernement a approuvé, sur proposition du ministère de l’Industrie et du Commerce, la création d’une ligne de financement de 50 millions d’euros pour l’internationalisation des entreprises pour la période 2021-2023. Avec une priorité donnée à l’Asie, mais surtout à l’Afrique.

À Lire Espagne-Afrique : des investissements au-delà du Maroc

Quels sont les pays africains et les secteurs où les entreprises espagnoles sont le plus présentes ?

Dans les secteurs de l’agroalimentaire, des transports, des infrastructures, de l’environnement, du tourisme ou encore de la santé. La très grande majorité d’entre elles est présente au Maroc et en Algérie. L’Afrique du Sud reste de son côté la première destination subsaharienne pour les exportations espagnoles.

En tenant compte du potentiel de nos entreprises, cette présence reste trop peu importante. On note cependant une évolution croissante dans les échanges commerciaux Espagne-Afrique. Ces dix dernières années, ils ont augmenté de 40 %. En 2019, avant la pandémie, ils représentaient 13 % des échanges de l’Espagne avec l’extérieur. En revanche, 1 % seulement des investissements espagnols à l’étranger sont réalisés en Afrique et ils se concentrent pour l’essentiel au Maghreb.