Politique

Etats-Unis/Libye : lune de miel à New York

| Par Jeune Afrique

Depuis 1980, les États-Unis s’opposaient à ce que la Libye devienne membre du Conseil de sécurité de l’ONU. C’est fini, ils renoncent à leur veto et c’est Condoleezza Rice, la secrétaire d’État en personne, qui l’a annoncé, le 26 septembre, à Abderrahmane Mohamed Chalgham, le ministre libyen des Affaires étrangères, dans sa suite de l’hôtel Waldorf Astoria, à New York. Entre l’ex-« chien fou du Moyen-Orient » (Kadhafi, selon Reagan) et l’ex-« Grand Satan » américain, c’est donc désormais le grand amour. Ce qui a quelques conséquences pratiques :

– La Libye pourra, le 16 octobre, poser sa candidature à un siège de membre non permanent du Conseil de sécurité et se faire élire pour un mandat de deux ans, à partir du 1er janvier 2008.
– Un prisonnier libyen détenu sur la base américaine de Guantánamo, à Cuba, a été transféré à Tripoli à bord d’un avion spécialement affrété pour l’occasion, le 29 septembre.
– Condi Rice a promis de se rendre à Tripoli le 27 octobre, à l’occasion de la conférence internationale sur le Darfour.
– Il n’est même pas exclu que, suite à un appel déposé par la Jamahiriya, Mohamed al-Megrahi, l’agent libyen condamné, en 2001, à vingt-sept ans de réclusion pour son rôle présumé dans l’attentat de Lockerbie, soit rejugé. Il apparaît aujourd’hui que deux témoignages clés de l’accusation étaient peut-être des inventions de la CIA.

Même Moussa Koussa, le chef des services de renseignements libyens, n’est plus persona non grata aux États-Unis. On l’a vu dans les couloirs du Waldorf et ceux de l’ONU, en compagnie de Chalgham et de Moatassem Kadhafi, l’un des fils du « Guide », aujourd’hui conseiller national pour la sécurité. Kadhafi père doit jubiler : souvent condamnée, dans le passé, par le Conseil de sécurité, la Libye va désormais y siéger*. Giadallah Azouz Belgacem Ettalhi, son représentant permanent, y relaiera sans nul doute les nouvelles propositions libyennes visant à élargir sa composition. Chalgham a déjà lancé l’idée d’un sommet consacré à la question, à Genève, en 2008 ou en 2009.

* La Libye n’a été qu’une seule fois membre du Conseil de sécurité, en 1976-1977. À titre de comparaison, l’Égypte l’a été cinq fois, la Tunisie et l’Algérie, trois fois chacune.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer