Politique

Locales au Sénégal : le dilemme de Macky Sall

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 6 octobre 2021 à 18:14

Le président sénégalais Macky Sall salue ses partisans après avoir voté pour la présidentielle à Fatick, le 24 février 2019. © SEYLLOU/AFP

À un mois du dépôt des listes pour le scrutin de janvier 2022, la bataille des investitures fait rage au sein de la majorité présidentielle. Et il y aura forcément des déçus.

La campagne est loin d’avoir commencé, mais la bataille fait déjà rage. Alors même que la date butoir pour le dépôt des listes a été fixée au 4 novembre, il n’est pas rare que, dans certaines localités, deux, trois et parfois jusqu’à sept ou huit candidats de la majorité se soient positionnés pour être tête de liste lors des élections locales du 23 janvier prochain.

Une certaine frustration

Le cas d’Abdoulaye Baldé est à cet égard éclairant. Comme beaucoup, le maire sortant de Ziguinchor (Casamance) ne fait pas mystère de sa volonté de conserver son poste. Mais il n’a pas annoncé officiellement sa candidature, préférant que la Conférence des leaders de Benno Bokk Yakaar (BBY) statue d’abord. Ce sont ces proches du chef de l’État – une quarantaine de personnes, membres de son parti et de formations alliées – qui vont devoir identifier les profils qui pourraient se présenter aux locales. « J’attends qu’[ils] se prononcent avant de prendre ma décision, a donc déclaré Abdoulaye Baldé le 3 octobre, sur les ondes de la RFM. Mais au vu de mes résultats, je ne vois pas pourquoi je ne serais pas choisi. »