Politique

RDC : Denis Kadima, l’homme au cœur du blocage de la Ceni

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 7 octobre 2021 à 17:12

Denis Kadima est candidat à la présidence de la Ceni. © DR

S’il est soutenu par six des huit confessions religieuses du pays dans la course à la présidence de la commission électorale, la Cenco et l’ECC le soupçonnent d’être le candidat du pouvoir. Son sort pourrait être tranché à l’Assemblée nationale.

En RDC, certains bras de fer réservent peu de surprises. Le 4 octobre, à expiration du délai qui leur avait été fixé, les chefs des huit confessions religieuses chargées de désigner le nouveau président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ont encore fait le même constat : il leur est, en l’état des discussions, impossible de s’entendre autour d’un candidat commun qui succèdera à Corneille Nangaa, dont le mandat a expiré en juin 2019.

Le blocage persiste depuis plusieurs semaines et, le 30 septembre, Christophe Mboso, le président de l’Assemblée nationale, leur avait accordé un délai de 72 heures pour parvenir à un consensus. Les parties concernées se sont réunies – six heures durant et à huis clos – le samedi 2 octobre, mais sans parvenir à faire évoluer le rapport de forces.

Un profil qui divise