Économie

Algérie : Abdelmadjid Tebboune se pose en adversaire des « spéculateurs »

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 6 octobre 2021 à 17:55

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a, au début d’octobre, ordonné la mise en place immédiate de plusieurs mesures à caractère social. © Farouk BATICHE/REA

Au début d’octobre, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a demandé l’introduction de plusieurs mesures sociales et le durcissement des pénalités contre la spéculation.

Le 3 octobre, durant une réunion du Conseil des ministres sur le projet de loi de finances (PLF) 2022, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a ordonné la mise en place immédiate de plusieurs mesures à caractère social. Parmi elles, la réduction de l’impôt sur le revenu global (IRG), l’augmentation du point indiciaire dans la Fonction publique (déterminant pour la rémunération des fonctionnaires) ainsi que l’application effective de l’impôt sur la fortune. Ces mesures devront être implémentés dans les délais les plus brefs, selon le communiqué officiel de l’exécutif algérien.

En l’état actuel de la législation, l’impôt sur le revenu global en Algérie s’applique selon un barème progressif et peut atteindre 35 % des revenus.