BTP & Infrastructures

Ciments de l’Afrique (Cimaf) veut investir 30 millions d’euros au Congo Brazzaville

Saad Sefrioui est le directeur général du groupe Addoha. © Addoha

La société Ciments de l'Afrique (Cimaf) va implanter une cimenterie à Hinda, au sud du Congo-Brazzaville, pour un investissement total de 20 milliards de F CFA (30 millions d'euros). L'entreprise envisage de construire 150 000 logements sociaux d'ici à 5 ans dans le pays.

La société Ciments de l’Afrique (Cimaf) compte s’installer à Hinda, dans le département du Kouilou, au sud de la République du Congo. L’entreprise va y construire une cimenterie pour un investissement total de 20 milliards F CFA (30 millions d’euros). Si la production annuelle de ciment prévue pour ce site n’a pas été divulguée, il convient de noter que cet investissement entre dans un plus large projet de développement immobilier : la construction de 150 000 logements sociaux en République du Congo sur une période de 5 ans.

Lire aussi :

Maroc : la lutte pour l’Afrique de Addoha et Alliances
Le Cameroun convoité par les cimentiers
Anas Sefrioui : « Le potentiel du marché africain est gigantesque »

Le cimentier marocain, déjà implanté en Côte d’Ivoire, au Gabon, en Guinée et au Cameroun, a prévu d’envoyer les futures employés congolais de la cimenterie au Maroc afin qu’ils y suivent une formation.

Addoha, une autre société appartenant au groupe de l’homme d’affaires marocain Anas Sefrioui, est très engagé en Afrique subsaharienne, où il a de nombreux projets pour 2014. En 2012, ce groupe immobilier a réalisé un chiffre d’affaires de 9,4 milliards de dirhams (environ 840 millions d’euros), pour un résultat net de 1, 9 milliard de dirhams (environ 170 millions d’euros).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte