Économie

Hydrocarbures : Ivoire Win, la junior qui veut bousculer les cadors du secteur

Fondée il y a cinq ans, la société ivoirienne s’est rapidement fait une place au sein des distributeurs de produits pétroliers. Une réussite qui fait grincer des dents chez certaines majors.

Réservé aux abonnés
Par - à Abidjan
Mis à jour le 1 octobre 2021 à 15:42

Ivoire Win s’est constitué en cinq ans un réseau de 17 stations à travers le pays. © Ivoire Win

Petit Poucet de la distribution des produits pétroliers fondé en 2016, Ivoire Win affiche ses ambitions pour jouer un rôle actif dans le secteur au cours des prochaines années. Cette stratégie agressive fait de l’entreprise un acteur suivi de près par les majors. Ivoire Win, qui s’est constitué en cinq ans un réseau de 17 stations à travers le pays, développe actuellement un projet  dans la nouvelle zone industrielle d’Akoupé-Zeudji, à 20 km au nord d’Abidjan.

À Lire Côte d’ivoire : à Akoupé-Zeudji, un pôle industriel XXL

« Nous travaillons à la création d’une station-service intégrée, bâtie sur plus de 13 000 mètres carrés avec des pompes conçues pour les gros camions et d’autres pour les petits véhicules » explique Karim Sabraoui, le directeur des opérations de l’entreprise. Ce point de vente entrera en service avant la fin de 2021.

Dans cette station, on trouvera un centre de pneumatique et d’entretien, un parking ainsi qu’un restaurant à ciel ouvert. Des négociations sont en cours avec le privé ivoirien Mayelia Logistics pour l’implantation d’une unité de contrôle technique de véhicules.

Une prévision de croissance de 10 % par an

Le prochain défi d’importance pour Win porte sur un projet de construction d’un centre emplisseur de gaz butane à Yamoussoukro, la capitale politique du pays, pour un investissement de 30 millions d’euros. En 2020, le chiffre d’affaires s’élevait à 18 milliards de F CFA (27,5 millions d’euros), avec une prévision de croissance de 10 % par an et d’augmentation de sa part de marché estimée à plus de 5 %.

Un chiffre qui reste encore très loin du français de TotalEnergies Côte d’Ivoire (635 millions d’euros) ou du néerlandais Vivo Energy (475 millions d’euros) de chiffre d’affaires en 2020. La junior ivoirienne prévoit d’investir plus de 45 millions d’euros au cours des prochaines années et de multiplier par trois le nombre de ses points de vente.

À Lire Ce que TotalEnergies veut faire en Afrique : un nouveau nom pour de nouvelles ambitions ?

Les dirigeants, dont la moyenne d’âge oscille autour de 30 ans, sont pour certains des transfuges de Klenzi, un petit opérateur détenu par l’ancien maire du Plateau Noël Akossi Bendjo racheté en 2014 par le marocain Akwa Group.

Cet acteur réussit à faire son chemin dans le secteur

Le modèle économique est fondé sur une gérance libre des supérettes et points de restauration dans les stations. Mais la vente de produits pétroliers à la pompe est gérée en direct par l’entreprise.

Un indépendant aux partenaires et soutiens puissants

N’étant membre d’aucun groupement patronal du secteur tels que le Groupement professionnel de l’industrie du pétrole (GPP) ou l’Association professionnelle des pétroliers de Côte d’Ivoire (APCI), Ivoire Win évolue dans la catégorie des indépendants, mais son développement est suivi de près par les majors.

À Lire BP, Shell, Total… Pourquoi les majors accélèrent leur transition

« Cet acteur réussit à faire son chemin dans le secteur. Nous suivons avec intérêt son évolution » explique un cadre d’une major qui a requis l’anonymat. Ivoire Win est en partenariat avec Vivo Energy, mais ses relations avec TotalEnergies ne sont pas au beau fixe à la suite d’un épisode judiciaire concernant une station-service dans le sud d’Abidjan.

Ivoire Win a doublé certaines majors en parvenant à remporter des gros contrats d’approvisionnement en produits pétroliers comme celui du géant minier canadien Barrick Gold qui détient l’une des plus grandes mines d’or du pays. L’entreprise détient aussi le marché du groupe français Eiffage. Par ailleurs, plusieurs banques locales et internationales participent au financement de son plan de développement.