Politique

Côte d’Ivoire : comment Gbagbo prépare le lancement de son parti 

Après deux semaines passées en Europe, l’ex-président a regagné Abidjan à bord d’un avion d’Air France dans la soirée du 30 septembre. Son épouse, Nady Bamba, l’accompagnait.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 1 octobre 2021 à 12:03

Laurent Gbagbo, en juin 2021. © Leo Correa/AP/SIPA

À son retour à Abidjan, Laurent Gbagbo s’est d’abord rendu au domicile de son ex-ministre Hubert Oulaye afin de lui présenter ses condoléances. Celui-ci vient de perdre son épouse, Hélène Oulaye. L’ancien président était accompagné de Nady Bamba et d’Assoa Adou, entre autres.

Il va maintenant s’atteler aux derniers préparatifs du congrès constitutif de son futur parti, qui se tiendra les 16 et 17 octobre à l’hôtel Ivoire. Selon nos informations, plusieurs VIP et responsables politiques (souvent socialistes ou de gauche) y ont été invités.

Anciens présidents

Les anciens présidents Mahamadou Issoufou (Niger), Nicéphore Soglo (Bénin) et Thabo Mbeki (Afrique du Sud) ont été conviés. Les amis, comme Jean-Pierre Bemba, avec lequel Gbagbo a passé une partie de sa période de détention à la Cour pénale internationale (CPI), ou encore Guy Labertit, l’ancien monsieur Afrique du Parti socialiste (PS), ont été sollicités, tout comme plusieurs députés français, dont le communiste Jean-Paul Lecoq.

Au total, près de 2 000 participants sont attendus à cette grand-messe pro-Gbagbo. Objectif : valider les statuts et règlements de la future formation, sur lesquels des commissions planchent depuis un mois, et surtout officialiser le nom et l’organigramme du nouveau parti. Reste aussi à savoir quelle fonction exacte y occupera l’ancien chef de l’État.

Tournée

En amont de cet évènement, des fidèles de Laurent Gbagbo ont effectué une tournée préparatoire dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, du 25 au 28 septembre. Celle-ci était organisée par Dieti Abraham, ancien secrétaire national de la jeunesse du Front populaire ivoirien (FPI), tendance GOR (les partisans restés sur la ligne « Gbagbo ou rien ») et responsable de la formation dans cette partie du pays.

Au sein de la délégation se trouvaient, entre autres, Dosso Charles Rodel, l’ancien secrétaire d’État chargé des victimes de guerre dans le dernier gouvernement de Gbagbo, Vincent Kissi, ex-secrétaire général de la fédération FPI de Bonoua, et Damana Pickass, l’ancien vice-président du parti.

À Man, Danané, Mahapleu ou encore Zouanhouen, ils ont rencontré les responsables locaux du FPI et les populations afin de leur expliquer les raisons de la création de la formation et les inviter à les rejoindre. Et leur ont assuré que si celle-ci constituait un nouvel instrument, elle restait dans le même esprit que le FPI, désormais aux mains de Pascal Affi N’Guessan.