Économie

BAD : Yacine Fal, le métronome d’Akinwumi Adesina

Désignée quelques mois après la réélection du président de la Banque africaine de développement en 2020, cette Sénégalaise dotée d’un long parcours au sein de l’institution donne un nouveau rythme à son cabinet. Portrait.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 6 octobre 2021 à 17:04

Diplômée en droit de l’université de Dakar et de Paris X, Yacine Fal a intégré la BAD en 1998. © DR

La tête sur les épaules. L’expression vient immédiatement à l’esprit lorsqu’on rencontre pour la première fois Yacine Fal. En moins d’un an, cette travailleuse de l’ombre qui dirige d’une main experte le cabinet du président de la Banque africaine de développement (BAD), à Abidjan, semble avoir imposé son style dans les couloirs de l’institution. Et ce malgré la pandémie de Covid-19 qui a conduit l’ensemble des salariés du groupe de la BAD à exclusivement télétravailler .

« Mon leitmotiv : avancer sérieusement, sans se prendre au sérieux », appuie la sémillante cadre de nationalité sénégalaise, qui a grandi en Côte d’Ivoire. Yacine Fal raconte, depuis le bureau de sa résidence de la Riviera 3 à Abidjan, ses plus de deux décennies de BAD. Elle qui a intégré la Banque en 1998.

Et c’est sans doute cette philosophie entre rigueur et allégresse, alliée à une longue expérience au sein de la banque multinationale de développement, qui ont convaincu son président de coopter Yacine Fal pour soutenir « [s]a vision et [s]on mandat en vue de renforcer la Banque et d’accélérer le développement de l’Afrique », avait déclaré Akinwumi Adesina lors de sa nomination en novembre 2020.

Un nouveau mandat

Pourtant, ce n’était pas vraiment le dessein que cette amatrice d’art, friande des œuvres suwère [peintures fixées sous verre, en wolof] visait. « J’étais initialement candidate pour un poste de directeur régional », explique celle qui venait d’achever un mandat de quatre ans en tant que numéro deux du directeur régional chargée du développement et de la prestation de services pour l’Afrique du Nord, basée à Tunis.

Sa nomination couronne une ascension progressive aux plus hauts postes de la BAD

Reçue en personne par Akinwumi Adesina, après une série d’entretiens et autres étapes comme il est d’usage dans ce type d’institutions, Fal aura droit à deux rendez-vous. De bon augure. « J’ai été reçue plus de deux heures. Et quand il m’a appelée, c’était pour me proposer le poste de directeur général de son cabinet », se souvient-elle en détaillant les anneaux de son collier couleur corail entre son pouce et l’index.

Il faut dire que le profil de la juriste de formation [elle est diplômée en droit de l’université de Dakar et de Paris X] correspond bien aux défis représentés par le nouveau mandat du président de la BAD, réélu à l’unanimité en août 2020. Après une année de turbulences qui ont secoué l’institution, les actionnaires de la BAD auraient souhaité renforcer le fonctionnement du cabinet du président, parfois source de tensions avec certains hauts cadres occidentaux de la Banque.


>>> À lire notre dossier : Finance – Six mois qui ont ébranlé la BAD <<<


C’est ainsi qu’après sa réélection, Adesina a essentiellement reçu des candidats « en interne » pour un certain nombre de postes de haut niveau. Et, en particulier à la tête de son cabinet, les règles ont évolué. C’est ainsi que le poste a été reconfiguré pour devenir DG du cabinet – en lieu et place de directeur de cabinet (chief of staff) – car le cabinet, lui-même, devait être restructuré. Yacine Fal succède ainsi à la Sud-Africaine Samantha Naidoo, et avant elle à la Kényane Maria Mulindi avec des missions plus étendues.

Grande ordonnatrice

En grande ordonnatrice, Yacine Fal supervise le travail et les activités administratives et opérationnelles du cabinet du président. Mais elle est également désormais chargée d’améliorer l’efficacité des initiatives présidentielles et des opérations de la Banque, conformément aux accords convenus avec les différents complexes au niveau des vice-présidences. De plus, le poste requiert la surveillance des activités des cadres supérieurs en vue d’améliorer leur coordination générale et de renforcer la coopération entre le président – président du conseil d’administration – et les conseils d’administration.

« En tout état de cause, sa nomination est une marque de confiance du président de la BAD », confie à JA Kade Ba, une ancienne d’Ecobank notamment et l’une de ses plus proches amies « depuis le collège Jean Mermoz de Cocody, à Abidjan ». Elle couronne une ascension progressive aux plus hauts postes de l’institution. Recrutée à la BAD en tant que conseillère juridique principale de l’unité de la passation de marchés, Fal y passera neuf ans avant de diriger, de 2007 à 2008, l’équipe chargée de la mise en œuvre de la réforme au sein du cabinet du président.

Puis elle est nommée responsable du département de la passation de marchés et des services fiduciaires (2010-2011) et dirige pendant cinq ans, jusqu’en 2013, la division de la passation de marchés. Yacine Fal entame le parcours au niveau régional en 2014, alors qu’elle occupe la fonction de représentante résidente du bureau de la Banque au Maroc. Avant d’être nommée en 2016 par Akinwumi Adesina au bureau de Tunis.

Si Yacine Fal aime « le beau et l’esthétique », comme le souligne son amie Kade Ba, la fille du fondateur d’Air Afrique et sœur cadette de feu-Gabriel Fal, cofondateur de la BRVM, se promet de remplir sa mission dans les règles de l’art.