Politique

Côte d’Ivoire : Martial Ahipeaud, l’ancien patron de la Fesci, passe au PDCI

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 1 octobre 2021 à 14:39

Martial Ahipeaud, cofondateur de la Fesci. © Le Décameron/Wikimedia Commons

L’ex-secrétaire général du puissant syndicat étudiant vient de rejoindre les rangs de l’ex-parti unique, contre lequel il s’est battu durant des années.

L’heure est venue, selon lui, de « rejoindre la maison de son père ». Martial Ahipeaud, cofondateur et ancien secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci), a annoncé, le 28 septembre, qu’il adhérait désormais au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).

Ce ralliement a de quoi surprendre, alors que la Fesci n’a cessé de combattre politiquement le parti de Félix Houphouët-Boigny. Mais Martial Ahipeaud explique qu’il a fait ce choix pour contribuer à la « réhabilitation » du PDCI et « à la sauvegarde de l’héritage de son père ». Ce dernier était un des piliers du PDCI dans le sud du pays après l’indépendance.

C’est après le décès, quelques semaines avant les législatives du 6 mars, de Frédéric Ozoukou, le député PDCI de la circonscription de Goudouko et Niambezaria (près de Lakota), que le rapprochement s’est opéré. Martial Ahipeaud a été approché pour devenir une des têtes d’affiches du PDCI dans cette région dont il est originaire. Au bout de plusieurs mois, l’intéressé a répondu favorablement et a fini par officialiser son adhésion après une rencontre avec Maurice Kakou Guikahué, le secrétaire exécutif de la formation houphouëtiste.

Soro et Blé Goudé

Ahipeaud, qui faisait partie, en 1990, des fondateurs de la Fesci, a dirigé le puissant syndicat étudiant jusqu’en 1993. Il y a noué des liens solides avec plusieurs de ses successeurs, devenus au fil des ans des acteurs de premier plan de la scène politique ivoirienne, comme Guillaume Soro ou Charles Blé Goudé. Il affirme conserver des « relations très chaleureuses » avec l’ancien patron de l’Assemblée nationale même s’il n’a plus de « contact direct » depuis le départ de Soro en exil, en 2019, « pour des questions de sécurité ».

Avec Charles Blé Goudé, définitivement acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) et dans l’attente de pouvoir rentrer à Abidjan, les échanges sont plus réguliers. Président de l’Union des anciens de la Fesci (Una-Fesci) depuis 2018, Martial Ahipeaud s’était employé à rapprocher Soro et Blé Goudé, les anciens frères ennemis du syndicat étudiant, qui se sont finalement revus à La Haye en novembre 2019. « Aujourd’hui, il n’y a plus d’animosité entre eux », assure-t-il.

Ce dernières semaines, Ahipeaud, qui a un temps nourri des ambitions présidentielles avec son Union pour le développement et les libertés (UDL), s’emploie à permettre le retour de ses camarades fescistes en Côte d’Ivoire. Après avoir plaidé auprès des autorités en faveur de Serge Koffi, dit STT, un autre ex-secrétaire général de la Fesci revenu à Abidjan début septembre après dix ans d’exil au Canada, il s’active désormais auprès de Kouadio Konan Bertin, le ministre de la Réconciliation nationale, pour accélérer le retour de Charles Blé Goudé.