Économie

Afreximbank : feu vert pour 7 milliards de dollars de financements

Réservé aux abonnés
Par - à Yaoundé
Mis à jour le 30 septembre 2021 à 12:18

Benedict Oramah est le président de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) depuis juin 2015. © Patrice Moullet pour JA

Réuni à Yaoundé, le conseil d’administration de l’institution panafricaine chargée de la promotion du commerce intra-africain a décidé de venir en aide à quatorze pays dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Quatorze pays africains bénéficieront de sept milliards de dollars de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. L’institution panafricaine dévolue au financement du commerce tenait son conseil d’administration du 22 au 24 septembre, à Yaoundé.

Afreximbank avait précédemment approuvé le déblocage de deux milliards de dollars pour la livraison de plusieurs millions de vaccins Johnson & Johnson à 26 pays du continent. Un acompte de 330 millions de dollars a déjà été versé à la firme américaine.

Multiplier les Trade Centers

Le conseil a également approuvé le déblocage de 119 millions de dollars pour la construction de l’Afreximbank Africa Trade Centre (AATC) d’Abuja. Ces centres, qui seront annexés à tous les bureaux régionaux de l’institution, ont vocation à booster le commerce africain.

Notre vision : faire du continent le centre mondial du commerce

« Aucune de nos matières premières n’est cotée sur le continent. Le concept de Trade Center vise à créer progressivement un écosystème dans lequel nos produits d’exportation pourront se négocier depuis l’Afrique. C’est l’esquisse d’une vision du continent en tant que centre mondial du commerce », détaille son économiste en chef, Hippolyte Fofack.

Benedict Oramah, le président d’Afreximbank, a d’ailleurs profité de son séjour en terres camerounaises pour visiter le site où sera bâti l’immeuble abritant le bureau régional de Yaoundé, ainsi que le trader center qui comprendra un hôtel, un centre d’information commerciale, un centre de conférences et un centre d’exposition.

Tripler les interventions

En attendant, les locaux du nouveau bureau régional, qui a ouvert ses portes le 24 septembre et couvre le Cameroun, la Centrafrique, le Tchad, le Congo, la RDC, le Gabon et la Guinée équatoriale, se situent au siège de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS).

Nous voulons dépasser les cinq milliards de dollars d’ici à cinq ans

« Avec l’ouverture de ce bureau, nous avons pour objectif de plus que tripler les interventions de la banque dans la région, pour dépasser cinq milliards de dollars d’ici à cinq ans, a précisé Benedict Oramah. Nous ferons passer le nombre de banques bénéficiant de nos services en Afrique centrale de quatre à quinze dans les deux prochaines années et augmenterons leurs lignes de financement du commerce de 85 millions à 500 millions de dollars d’ici à 2025. »