Économie

Chine-Afrique : Algérie, Côte d’Ivoire, Mali… Quels pays ont bénéficié des nouveaux financements chinois ?

En dépit de la pandémie de Covid-19, les sociétés chinoises ont signé des contrats d’une valeur de 11 milliards de dollars en Afrique depuis mars 2020. Tour d’horizon des investissements de Pékin.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 23 septembre 2021 à 16:26

Cyril Ramaphosa, Xi Jinping et Macky Sall à Pékin pour le sommet Chine-Afrique, le 4 septembre 2018 © Lintao Zhang/AP/SIPA

Du 11 mars 2020 – date officielle du début de la pandémie de Covid – à juin 2021, la Chine a investi 11,2 milliards de dollars sur le continent africain selon le China Global Investment Tracker du think-tank American Enterprise Institute (AEI), soit l’équivalent du PIB annuel du Rwanda en 2020. Sur la même période, les investissements chinois se sont élevés à 75 milliards de dollars dans le monde.

Parmi les pays africains les plus attractifs aux yeux des sociétés chinoises, on retrouve l’Égypte, avec un investissement de 1,9 milliard de dollars effectué en février 2021 par China State Construction Engineering Corporation (CSCEC). Cet argent permettra la construction de cinq gratte-ciel résidentiels dans la ville de New Alamein.

La Tanzanie (2,2 milliards de dollars), la Zambie (1,7 milliard de dollars) et le Ghana (1,1 milliard de dollars) figurent également parmi les pays africains ayant reçu le plus d’attention de la part de Pékin, selon les chiffres donnés par le China Global Investment Tracker.

Mali, Côte d’Ivoire et Algérie

L’Afrique de l’Ouest n’en demeure pas moins concernée par ces investissements. Ainsi, le dernier investissement chinois sur le continent a été réalisé au Mali en juin 2021. En effet, le géant du lithium chinois Jiangxi Ganfeng a conclu un accord financier avec la société australienne Firefinch afin d’exploiter la mine de lithium de Goulamina, située au centre du pays. Sous la forme d’une coentreprise 50/50, la société chinoise va investir 130 millions de dollars dans le projet.

En Côte d’Ivoire, la China Harbour Engineering Company (CHEC) a investi 430 millions de dollars dans la construction du deuxième terminal à conteneurs du port d’Abidjan, Côte d’Ivoire Terminal (CIT), à la fin d’août 2020. Signé avec le consortium chargé du CIT composé du groupe Bolloré et d’APM Terminals, le projet devrait voir le jour d’ici à la fin de 2021.

Investissements chinois en Afrique

Investissements chinois en Afrique

Autre projet notable : un contrat signé entre CSCEC et le gouvernement algérien en mai 2020. Cet investissement d’une valeur de 120 millions de dollars doit permettre la construction d’un centre de distribution de six hectares dans la capitale algérienne.

En dix ans, Pékin a investi 35 milliards de dollars au Nigeria

S’ajoutent à cela des investissements en Guinée (300 millions de dollars), au Rwanda (210 millions), au Gabon (140 millions) ou encore au Niger (110 millions) selon les données du China Global Investment Tracker.

Pic en 2013

Pour autant, c’est en 2013 – date à laquelle Xi Jinping a annoncé le projet des nouvelles routes de la soie – que les stocks d’investissements chinois ont connu un pic record en Afrique subsaharienne avec 34,5 milliards de dollars.

Pour rappel, depuis 2010, les sociétés chinoises ont investi 35 milliards de dollars au Nigeria – pays particulièrement porteur pour son pétrole – 13,5 milliards en Algérie et 11,7 milliards en RDC selon le China Global Investment Tracker. Le Tchad et le Cameroun ont, quant à eux, reçu 7 milliards de dollars contre 4,5 milliards pour le Sénégal et 4,9 milliards pour la Côte d’Ivoire.