Économie

NSIA – Sanlam : chassé-croisé dans les assurances

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 22 septembre 2021 à 18:32

Le groupe NSIA est présent dans la banque et dans l’assurance. © DR

Dans une double transaction croisée, les leaders ivoirien et panafricain de l’assurance consolident leurs périmètres – Mali, Togo, Congo, Gabon, Guinée – et veulent optimiser les capitaux déployés. L’analyse de Jeune Afrique.

NSIA et Sanlam réorganisent leurs portefeuilles. Par communiqués rendus publics ce 22 septembre, le groupe ivoirien, fondé et dirigé par Jean Kacou Diagou, et le géant panafricain piloté par Paul Hanratty ont annoncé une double cession-acquisition de plusieurs filiales.

Dans le détail, NSIA cède ses filiales vie et non-vie (assurance dommages/IARD) au Mali à Sanlam. Tandis que ce dernier rétrocède à NSIA deux filiales vie (au Togo et au Gabon) et deux sociétés d’assurances IARD (Guinée et Congo). Le montant des transactions n’est pas connu. Leur finalisation, qui reste soumise à l’approbation des autorités réglementaires, est espérée d’ici à la fin de décembre 2021, selon les informations de Jeune Afrique.

Synergies et simplification

NSIA est déjà présent sur les quatre marchés d’assurances – Gabon, Togo, Guinée, Congo – sur lesquels Sanlam cède des actifs. Mais le groupe ivoirien, qui souhaite renforcer ses offres de bancassurance, compte également des filiales bancaires dans deux d’entre eux (Togo et Guinée).