Politique

Exclusif – RDC : alerte rouge sur la diplomatie congolaise

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 22 septembre 2021 à 10:01

Félix Tshisekedi, à Berlin le 27 août 2021. © Felix Tshisekedi, President of the Democratic Republic of the Congo addresses a press conference after the G20 Compact with Africa conference at the Chancellery in Berlin on August 27, 2021. (Photo by Tobias SCHWARZ / POOL / AFP) © Tobias Schwarz/AP/SIPA/AFP

Arriérés de paiement, « bâtiments délabrés », ambassades menacées de fermeture… Le ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula, tire la sonnette d’alarme dans une note à laquelle Jeune Afrique a eu accès. 

Dans une note, restée confidentielle jusqu’ici et adressée le 4 août au conseil des ministres, le ministre des Affaires étrangères Christophe Lutundula, qui a succédé à Marie Tumba Nzeza à l’issue du remaniement d’avril dernier, dresse un état des lieux alarmant de la situation financière de la diplomatie congolaise.

Ce document de 17 pages, qui liste les principaux défis à relever, avant de suggérer des solutions, se base notamment sur les conclusions d’une commission interministérielle réunissant le chef de la diplomatie congolaise et les ministres Aime Boji (Budget) et Nicolas Kazadi (Finances).

Dans son propos introductif, Christophe Lutundula estime « qu’au regard de la gravité des dysfonctionnements internes et de la modicité des ressources dont disposent les Affaires étrangères (…), il est peu évident que sans des ajustements drastiques, bénéficiant de l’appui total de la hiérarchie, il sera possible, même à long terme, de redresser la barre ».

Des dizaines de millions de dollars d’arriérés